Imprimer

 

eco_latest_appercub_400.gifGuy Gellatly et Carter McCormack 

8 novembre 2020

Plusieurs indicateurs économiques de premier plan, y compris le commerce de marchandises, les ventes du secteur de la fabrication, les ventes en gros et les ventes au détail, ont connu une augmentation marquée par rapport aux baisses historiques enregistrées au cours des mois qui ont suivi le confinement. Après avoir affiché de hausses d’au moins 10 % en juin et en juillet, le commerce de marchandises a enregistré une légère baisse en août et s’est stabilisé à environ 6 % en dessous des niveaux observés avant la COVID-19.

Cela est attribuable en grande partie à la faiblesse des ventes en ce qui a trait aux produits énergétiques ainsi qu’aux aéronefs et autre matériel de transport. Les ventes du secteur de la fabrication ont progressé de façon marquée de mai à juillet et se sont établies à environ 5 % sous leurs niveaux précédant la COVID-19, en dépit des ventes plus faibles de produits du pétrole et du charbon. En juillet, le commerce de gros a légèrement dépassé les niveaux affichés avant la COVID-19, tandis que les ventes au détail, soutenues par une forte augmentation des ventes en ligne, sont revenues à leurs niveaux observés avant la COVID-19 en juin.

Une grande partie de la baisse et de la reprise soudaines de ces indicateurs de premier plan est le résultat d’importantes variations des ventes liées à l’automobile, qui ont diminué de façon précipitée pendant le confinement et qui se sont raffermies considérablement lorsque les restrictions touchant les chaînes d’approvisionnement de l’industrie automobile ont commencé à être levées. Le présent article résume les changements dignes de mention qui ont touché la production et l’emploi au cours des premiers mois de la période de déconfinement, et met l’accent sur les inégalités dans la reprise économique entre les secteurs industriels et les groupes de population.

Il fait en outre état des données mensuelles sur les ouvertures et les fermetures d’entreprises à la fin du printemps, au moment où les restrictions liées à la COVID-19 ont commencé à être assouplies. Les totalisations du présent rapport sont fondées sur des données diffusées en date du 23 octobre 2020. L’article se reporte à de nombreux résultats d’une présentation récente sur les répercussions sociales, économiques et sanitaires de la pandémie intitulée Les répercussions sociales et économiques de la COVID-19 : Le point après six mois. Pour obtenir des données contextuelles sur les principaux développements commerciaux et économiques depuis le début de la pandémie, voir les Nouvelles économiques canadiennes.

Pour consulter l'article original, cliquez ici.