|

« Je suis désolé, je ne connais pas la réponse ».

1-avril-2024

Par Keith Sones, dirigeant expérimenté de l’industrie des services publics

« Je suis désolé, je ne connais pas la réponse ».

L’enquêteur a posé son papier sur la table et m’a souri. L’expression de son visage m’a fait penser à la façon dont on regarde un nouveau chiot qui vient de faire un petit accident sur la moquette. Traduction : « Je suis désolé pour vous parce que vous n’êtes pas très compétent, mais je reste le patron et je ne suis pas très content de vous et il y aura des conséquences ». Il se peut que vous ayez reçu un tel « regard » à un moment ou à un autre de votre vie. Peut-être même souvent. Il vous fait vous sentir petit, incapable et faible.

À ce moment-là, j’ai eu l’impression d’être le plus grand perdant du monde. C’était en 1986 et après quelques années d’études universitaires en biologie et en chimie, je postulais pour un emploi d’été dans un centre de recherche scientifique marine populaire. Le travail consistait à travailler dans le laboratoire, à mener des expériences très basiques pour aider les chercheurs qui étaient trop occupés par des choses importantes pour effectuer ces tâches. D’après ma formation et ma lettre de candidature très positive, j’étais tout à fait qualifiée pour ce poste ; je pouvais exécuter les tâches quotidiennes en dormant, tout en ayant le temps d’apprendre une deuxième langue ou de devenir pianiste de concert. Par conséquent, lorsqu’il s’est agi de répondre à quelques questions simples d’ordre scientifique lors du deuxième entretien, je me suis dit que je passerais facilement.

Et j’ai échoué. Je veux dire que c’était terrible. Je n’arrivais pas à me souvenir des équations les plus élémentaires, des concepts les plus simples. Aujourd’hui encore, je ne sais pas pourquoi. Peut-être un manque de sommeil ? La panique à l’idée de l’entretien ? Le même genre de blocage mental que nous avons tous de temps en temps, comme lorsque vous n’arrivez pas à vous souvenir du nom de votre voisin ? Je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est que ma confiance s’est effondrée comme le Hindenburg dans le New Jersey — rapidement et de manière spectaculaire. Si je ne pouvais pas répondre aux questions les plus simples après trois ans d’études, comment pourrais-je réussir dans le monde réel de la science une fois diplômé ? Ce serait moi contre tous les « vrais» scientifiques, le résultat étant mon échec pendant que les autres riraient.

Ce n’était pas mon meilleur jour.

C’est en partie grâce à cet événement que j’ai finalement décidé de quitter l’école et de tenter ma chance dans un autre domaine, ailleurs. Je n’arrivais tout simplement pas à retrouver mon enthousiasme d’antan pour le démontage de modèles chimiques complexes ou la recherche de réponses à une question de physique en plusieurs étapes. J’avais beau étudier, j’étais continuellement hanté par mon expérience au centre de recherche. Keith, tu vas geler. Tu ne peux pas faire ça. Tout le monde peut le faire, mais pas toi. Un spectre omniprésent rôdait au-dessus de mon épaule, prêt à jeter une ombre de doute chaque fois que je me sentais bien dans ma peau.

Après une introspection et des analyses du travail, j’ai donc admis que je ne serais jamais doué pour ces « choses scientifiques » et j’ai démissionné. J’ai dérivé vers quelques années de travail manuel et d’usine, où tout ce que j’avais à faire était de soulever plus fort ou de déplacer les pièces du camion plus rapidement pour être considéré comme un bon travailleur. C’était un travail peu satisfaisant, mais au moins je n’étais pas « regardé » par quelqu’un de plus intelligent et de plus expérimenté que moi.

Finalement, je suis retourné à l’école, dans le but de suivre une formation dans un domaine très différent, mais qui nécessitait toujours un sens scientifique. Alors que les cours commençaient le premier jour, une seule idée me trottait dans la tête : le jour de la remise des diplômes, je serais le numéro un. Cette idée n’était pas le fruit de l’arrogance ou de la cupidité, mais plutôt d’une attitude défensive. Je ne savais pas comment je réagirais au sentiment d’être le deuxième meilleur, car le fantôme était toujours sur mon épaule et m’attendait. Je devais le repousser, ou… eh bien, tout ce qui pourrait arriver ne serait pas bon. Pendant les deux années qui suivirent, il n’y eut aucun répit. Les cours, les travaux pratiques, les examens, les projets, puis tout recommencer. Je voulais absolument réussir. Chaque fois que je n’obtenais pas la note maximale à un examen, je redoublais d’efforts pour étudier. Lorsqu’un projet d’équipe était mis sur la table, je me proposais pour le diriger. Lorsqu’il s’agissait de présenter un grand projet complexe résumant les compétences acquises, j’en faisais deux ! Rien ne m’arrêterait.

Un jour, j’ai eu une conversation avec le responsable du programme, un dirigeant à la voix douce et sage, fort de dizaines d’années d’expérience dans le secteur. J’étais intimidé par des gens comme lui et ravi qu’il prenne le temps de me parler en privé. Les sujets de discussion ont varié au fur et à mesure que nous racontions nos vies jusqu’à ce moment-là. Comme il avait parcouru la terre plus de deux fois plus longtemps que moi et qu’il avait une grande expérience professionnelle, j’ai apprécié le temps qu’il m’a accordé.

Je ne me souviens pas de la manière dont le sujet a été abordé, mais à un moment donné, il a mentionné qu’il était divorcé. Pour des raisons qui leur étaient propres, le lien entre lui et son (ex) femme avait pris fin, et cela ne l’avait pas rendu heureux. L’expression de son visage montrait sa douleur lorsqu’il parlait de sa perte, du préjudice financier et de la difficulté d’avoir passé des années à développer une relation pour finalement la voir s’effondrer et brûler. Nous avons parlé encore un peu, puis nous nous sommes séparés. Seul avec mes pensées, j’ai été frappé par une prise de conscience.

La personne que j’avais mise sur un piédestal était un être humain comme moi. Il a souffert, une grande partie de sa vie a été détruite et il a eu des regrets. Malgré nos différences, lui et moi étions plus proches que je ne l’avais imaginé. J’ai pensé à l’amour extraordinaire que ma femme et moi partagions (et que nous partageons toujours), au fait que j’avais quelque chose qui remplissait mon cœur alors qu’il avait souffert. Bien sûr, je savais qu’il y avait des divorces et que les gens avaient d’autres problèmes, mais pas les personnes que j’admirais, que je craignais ou qui m’intimidaient. Pas ces gens-là. Ils étaient infaillibles, couronnés de succès, populaires et en savaient bien plus que moi. Puis ce fut la révélation.

Est-ce que c’était vraiment vrai ?

Il est difficile de se défaire de cette idée. Lorsque vous êtes assis dans le bureau de votre supérieur, dans l’attente d’une évaluation de vos performances, il est souvent difficile de le voir comme autre chose que la personne qui a le contrôle sur vous et votre avenir. Il semble avoir plus de connaissances, plus de contacts, gagner plus d’argent, prendre de meilleures vacances et avoir la capacité de faire de votre vie une inspiration, une médiocrité ou un enfer. C’est leur choix. Bien que j’aie eu un exemple de leader vulnérable qui ne correspondait pas tout à fait à ce modèle, les autres ne semblaient pas avoir beaucoup de fissures dans leur armure. Pendant des années, je me suis recroquevillé en sachant que pendant qu’ils menaient une vie sans tracas, j’avais des problèmes. Je n’avais jamais assez d’argent, j’étais entouré de gens plus intelligents et plus compétents dans leur travail et je n’étais tout simplement pas à la hauteur.

Au cours des années qui ont suivi, j’ai eu un nombre croissant de discussions qui m’ont permis de découvrir des idées similaires à celles que j’avais glanées lors de cette lointaine conversation avec le responsable du programme de mon école. D’autres personnes avaient également des problèmes. Un de mes superviseurs avait des problèmes d’argent à la suite de son propre divorce. Un collègue n’a pas été en mesure d’obtenir l’accréditation nécessaire pour un emploi dont il avait besoin, et s’est donc retrouvé bloqué dans son parcours professionnel. Un autre avait des parents âgés atteints de démence qui étaient difficiles à gérer, tandis qu’un autre encore avait un fils adolescent qui avait trouvé le chemin de la drogue et faisait des ravages dans sa famille.

En fait, tout le monde avait des problèmes. Et certains en avaient de gros.

J’avais appris une leçon très précieuse sur les gens, mais une deuxième était sur le point de me tomber dessus. En tant que directeur des opérations d’une compagnie d’électricité, un petit groupe de clients avait rencontré de graves problèmes électriques. Les ingénieurs se sont alignés et ont exprimé d’une seule voix leur point de vue sur le problème. Avec quelques années d’expérience à mon actif, j’ai senti que quelque chose n’allait pas, et nous avons donc lancé une enquête. La cause du problème a été découverte et il s’est avéré qu’elle était très différente du point de vue de l’ingénieur en place. En d’autres termes, ils ne savaient pas, malgré leur confiance débordante. Le verdict, rendu avant l’enquête, n’était qu’une opinion.

Je n’avais aucune idée, lorsque je me suis assis pour la première fois pour cet entretien technique au centre de recherche, que je commençais un voyage qui me laisserait un jour avec un superpouvoir. C’est pourtant ce qui s’est passé. Je ne suis plus intimidée par personne et je n’ai plus peur de personne. Je comprends que personne ne sait tout et que chacun a ses propres problèmes. Ces deux faits ne me réjouissent pas ; ils m’aident simplement à comprendre que mes problèmes ne sont pas les pires du monde et que je n’ai pas besoin de tout savoir, parce que c’est impossible.

Je suis désormais très à l’aise pour dire « je ne sais pas » et pour poser des questions à ceux qui le savent. Cette idée solitaire m’a permis d’en apprendre beaucoup plus sur moi-même et sur le monde qui m’entoure. Lorsque j’entends un présentateur de journal télévisé, un politicien ou un voisin prétendre détenir des preuves irréfutables sur n’importe quel sujet, je sais qu’il souffre probablement d’un manque de confiance et qu’il tente d’y remédier en se comportant comme un je-sais-tout. Lorsque j’entends des promesses scandaleuses faites par quelqu’un qui n’a jamais tenu ses promesses, je m’attends à d’autres échecs et je planifie en conséquence.

Pourquoi est-ce que j’ai écrit ceci ?

L’un de mes regrets est d’avoir passé tant d’années à m’inquiéter pour des choses qui n’avaient pas d’importance et qui n’étaient tout simplement pas vraies. J’aurais pu être beaucoup plus productif et utile si j’avais pris conscience de cela plus tôt. Mais les choses sont ce qu’elles sont. Nous vivons dans un monde où l’Internet tourne 24 heures sur 24, où les gouvernements élaborent des politiques qui semblent bonnes, mais qui ne fonctionneront pas, et où tout le monde nous dit comment vivre une vie meilleure si nous le faisons à leur manière. Alors, que faire ?

Respirez profondément et détendez-vous. Appréciez ce que vous avez. Sachez que si vous avez l’impression d’être en difficulté, tout le monde l’est aussi. Ne vous sentez pas obligé de tout savoir, car vous ne pouvez pas. Posez des questions et discutez avec les autres pour connaître leur point de vue. Vous vous en sortirez mieux qu’avant. Et surtout, n’enviez pas la dernière célébrité de TikTok. Leur vie n’est pas meilleure que la vôtre. Elle en a juste les apparences.

Related Articles


Monde en mouvement

  • La victoire de la section locale en C.-B. pourrait servir d’exemple

    La victoire de la section locale en C.-B. pourrait servir d’exemple

    15-avril-2024 Les leaders de la section locale 1555 de Moncton ont riposté au moment où une entreprise a eu recourt à des vides juridiques et jouée un tour de passe-passe pour empêcher la FIOE de présenter une soumission sur un projet qui vise à rebâtir un parc éolien en difficulté au Nouveau-Brunswick. « Ne rien faire,… Read More…

  • L’Ontario lance le Fonds d’innovation pour le réseau

    L’Ontario lance le Fonds d’innovation pour le réseau

    15-avril-2024 Le programme tirera parti des nouvelles technologies pour améliorer l’efficacité du réseau électrique de la province Le gouvernement de l’Ontario construit le réseau de l’avenir en lançant un nouveau cycle de financement dans le cadre du Fonds d’innovation pour le réseau qui consacrera 9,5 millions de dollars à des projets qui amélioreront l’efficacité du réseau électrique… Read More…


Formation et événements