La victoire de la section locale en C.-B. pourrait servir d’exemple

15-avril-2024

Les leaders de la section locale 1555 de Moncton ont riposté au moment où une entreprise a eu recourt à des vides juridiques et jouée un tour de passe-passe pour empêcher la FIOE de présenter une soumission sur un projet qui vise à rebâtir un parc éolien en difficulté au Nouveau-Brunswick.

« Ne rien faire, ne pas faire avancer les choses, était hors de question », déclare le gérant d’affaires, Jeff Morash, du local 1555. « Si nous cédons, nous ne pouvons plus faire marche arrière. »

Les problèmes ont commencé en septembre 2021 parce qu’une turbine éolienne mesurant 80 mètres de haut d’une puissance de 3 mégawatts, 1 de 50 construite par une entreprise non syndiquée située à environ une heure au sud de Moncton, s’était effondrée après une tempête.

Après l’inspection des tours restantes, le propriétaire du parc éolien a appris que les fondations des 49 tours restantes, construites entre 2008 et 2018, n’étaient pas sécuritaires et devaient être démolies et reconstruites.

Les premiers entrepreneurs sollicités pour le projet se sont désistés. « Ils ont dit que ce n’était pas raisonnable; le projet ne peut pas être exécuté selon votre prix », mentionne Morash. Il aurait fallu trois fois plus de main-d’œuvre pour achever le projet dans le délai voulu par les propriétaires, dit-il.

Quelques mois plus tard, le local 1555 était étonné d’apprendre que le projet a été accordé à un entrepreneur des États-Unis. « En l’espace de quelques jours, un accord de reconnaissance volontaire a été signé entre l’entrepreneur et la Fraternité unie des charpentiers et menuisiers d’Amérique », exprime Morash. « L’entrepreneur à fait venir sa propre main-d’œuvre et a fondé une section locale sans membres, juste pour le projet, sous un contrat de travail qui bénéficie l’employeur qui prétend être une convention collective. »

Le local 1555 s’est vite opposé. « La FIOE détient un accord exclusif quant à la construction au Nouveau-Brunswick », formule Morash. D’ailleurs, « personne n’a eu la possibilité de présenter une nouvelle soumission sur le projet ».

L’employeur a aussi curieusement prétendu que les travaux électriques relevaient du secteur de la maintenance au lieu de la construction, déclare Morash.

Fin 2022, le local 1555 a déposé une demande auprès de la province pour mettre fin à l’accord de reconnaissance volontaire et pour décertifier le local des charpentiers, les étapes nécessaires pour permettre à la FIOE de réclamer le travail du parc éolien. « Notre but était d’affirmer qu’il s’agissait d’un travail électrique syndiqué relevant du secteur de la construction », dit-il.

L’employeur a essayé de diverses manières de retarder les efforts de la FIOE et de faire rejeter la motion de la section locale. « Nous pouvons maintenant en rire », mentionne Morash, « mais dans le feu de l’action, nous avons essayé de faire le tri de l’information et d’essayer de comprendre comment ils ont pensé à tout ça. »

À une audience tenue en juin 2023 à la Commission du Travail et de l’Emploi du Nouveau-Brunswick, Morash mentionne que l’opposition de la FIOE ne pouvait pas répondre à des questions de bases comme : quand la charte des charpentiers a été attribuée et pourquoi la convention collective n’avait pas de date de fin et pourquoi il n’avait aucune mention du travail électrique.

Plusieurs mois plus tard, le local 1555 a eu gain de cause. L’accord de la reconnaissance volontaire a été résilié et la demande de certification du local de la FIOE a été accordée, sans audience.

« Tu peux avoir raison avec cause, mais ça l’aurait pu nous être défavorable à n’importe quel moment », exprime Morash, en insistant sur le fait que ses plus de 140 membres n’avaient pas le choix que d’essayer. « Si nous n’avons pas essayé, ça l’aurait pu devenir une pratique courante ».

Morash espère que cette situation sert de mise en garde aux autres sections locales et aux autres syndicats.

« Ça diminue le pouvoir des syndicats et affaiblit notre message », dit-il. « À titre de dirigeantes et dirigeants syndicaux, nous prenons ces choses à cœur. Nous essayons de mettre la barre plus haute pour nos travailleuses et travailleurs ».

Le vice-président international du premier district, Russ Shewchuk, espère que le cas de la section locale 1555 envoie un message. « Toute bataille en vaut la peine quand on parle de syndiquer les travailleurs et de gagner des parts du marché, même si tu as l’impression que tu es David contre Goliath », déclare Shewchuk. « C’est un petit prix à payer pour faire des affaires pour ces grandes entreprises. »

« Nous accordons vraiment le mérite à Russ de changer le message de la FIOE », exprime Morash. « Il est entré en poste et a déployé un véritable effort dans la syndicalisation. Ça nous a donné confiance, son énergie, de regarder de 10 à 20 ans à l’avance ».

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Related Articles


Monde en mouvement

  • ECS recertifié en tant que mieux géré de statut Platine pour la 7ème année consécutive

    ECS recertifié en tant que mieux géré de statut Platine pour la 7ème année consécutive

    22-mai-2024 Electrical Cable Supply (ECS), premier fournisseur indépendant de solutions de fils et de câbles électriques au Canada, est fier d’annoncer sa recertification en tant que membre du Club Platine des Sociétés les mieux gérées au Canada pour la septième année consécutive. Ce titre prestigieux, décerné par Deloitte, récompense les entreprises détenues et gérées par… Read More…

  • Agence Ricard accueille Alexandre McKeown en tant que directeur des ventes

    Agence Ricard accueille Alexandre McKeown en tant que directeur des ventes

    22-mai-2024 L’Agence Ricard est fière d’annoncer la nomination d’Alexandre McKeown à titre de directeur des ventes. Ayant fait ses preuves pour ce qui est de stimuler la croissance des revenus et de favoriser les relations avec les clients, Alexandre apporte une vaste expérience et une expertise à ce poste.  Avec plus de 13 ans d’expérience dans… Read More…


Formation et événements

  • 21-mai-2024 Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) vous invite à un webinaire gratuit le 4 juin de 12 h à 13 h sur Zoom portant sur le plan stratégique technologique lors du transfert d’entreprise. Elle s’adresse aux entrepreneurs qui envisagent acheter ou vendre une entreprise dans un contexte où la technologie revêt une… Read More…

  • 13-mai-2024 L’énergie et l’enthousiasme étaient palpables lors de l’édition 2024 du salon MEET au Colisée de Moncton, les 1er et 2 mai. Le salon biennal de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de la technologie – qui fêtera ses 25 ans en 2024 – a connu un record d’affluence, accueillant 6 626 professionnel·le·s de l’industrie à l’un des… Read More…