Le monde de l’éctricité en ligne

 

beaulieu_400.gif4 septembre 2019

Ni de la génération des millénaires ni de celle des baby-boomers, Louis Beaulieu embrasse les nouvelles technologies et les nouveaux marchés, mais reste fidèle aux traditions familiales. Titulaire d’un baccalauréat en Finances puis d’une maîtrise en Gestion de l’Université Laval, il est directeur général de Ouellet Canada. Profil tout indiqué pour faire carrière dans l’entreprise familiale. Toutefois, quand je lui demande si comme c’est souvent le cas dans une entreprise familiale, il avait toujours su qu’il allait rejoindre le Groupe, il me répond « Pas du tout. » Il poursuit « jeune c’était à la ferme de mon frère à l’île d’Orléans que je passais mes vacances scolaires.  J’y ai passé 10 étés, loin de L’Islet et j’y ai appris à la dure que l’agriculture ce n’était pas pour moi. » De son lien avec l’entreprise familiale alors qu’il n’est pas encore en âge d’y travailler, il dira, « bien sûr que je connaissais le langage de la distribution, notre modèle d’affaires. Les discussions étaient régulières autour de la table, mais comme il y avait déjà plusieurs membres de la famille qui y travaillait, mon père, mon oncle, mon cousin et mes frères, mon père voyait d’un bon œil que je fasse mon chemin à l’extérieur de l’entreprise familiale. » 

C’est donc dans le monde bancaire qu’il amorce sa carrière.  « J’ai vraiment beaucoup aimé travailler pour une grande corporation à la fin de mes études, ce fut une école extraordinaire. » En 2001, au cours d’une vague de consolidations dans l’industrie, son oncle part à la retraite et son père deviendra l’actionnaire principal de l’entreprise. Puis en 2009, son frère lui demande de venir partager son expertise et son expérience avec le reste de la famille et de se joindre à l’entreprise en tant que directeur national des ventes. Une page professionnelle venait d’être tournée pour Louis Beaulieu. Les trois frères, Martin, Philippe et Louis, deviennent cette même année, les actionnaires principaux de l’entreprise. 

À son arrivée au sein de l’entreprise il a d’abord dû apprivoiser une nouvelle industrie, loin du monde bancaire. « J’ai eu la chance d’avoir pendant 4 ans à mes côtés le directeur de qui je prenais la relève. Il m’a constamment conseillé, formé sur tous les aspects du travail, des marges bénéficiaires au service à la clientèle. J’ai dû m’établir auprès des partenaires de l’entreprise, mais j’ai eu la grande chance d’avoir un nom de famille et une réputation qui me précédaient. Les gens me traitaient spontanément comme un membre de la famille, je n’avais pas de pot cassé à réparer. Mon rôle était de bâtir. » Il précise que son frère voyait la relève en lui et c’est ainsi que six ans plus tard, il est devenu directeur général du Groupe Ouellet Canada. Il poursuit en parlant de la chance inouïe qu’il a eu de pouvoir compter sur presque deux générations en avant de lui, son frère a 12 ans de plus que lui. 

 « J’ai l’impression que nous sommes trois générations à discuter, nous avons une belle perspective historique sur ce qui a été fait. Mon père et mes frères m’ont évité des erreurs, m’ont appris la patience. Il faudrait avoir un ego démesuré pour ne pas écouter son père qui a travaillé 45 ans dans l’entreprise et son frère qui a 30 ans d’expérience. Dans l’incertitude, je les écoute toujours. C’est une richesse incroyable. » Il continue, « je suis quand même relativement nouveau dans mon rôle, ça fait 3 ans seulement et quand il y a des changements de leadership, il y a toujours beaucoup de changements à gérer. Je me suis retrouvé avec une équipe de gestion plus jeune, renouvelée. Quand je suis arrivé du monde de la finance, certains craignaient que la culture de l’entreprise change. Nous avons réussi à maintenir la vision de l’entreprise, mais les choses évoluent, il faut faire évoluer les gens. Je savais qu’investir dans les relations d’affaires, celle avec les distributeurs et les entrepreneurs était important et souhaitable, mais celle aussi avec nos semblables. Au cours des dernières années, j’ai pu récolter les bénéfices à maintenir des relations avec les autres partenaires de l’industrie. J’ai continué à participer aux événements de l’industrie, je le rencontre d’ailleurs durant la conférence annuelle de l’Électro-Fédération, parce que c’est en côtoyant les gens de l’industrie que l’on peut partager les meilleures pratiques. » 

Les défis de l’industrie 

Fusions, acquisitions, introduction de nouveaux produits, développement du marché américain, les choses bougent depuis son arrivée. Je lui demande ce dont il est le plus fier sous son leadership. La réponse est spontanée « Donner la chance à des jeunes, à des femmes, à des gens qui ne viennent pas de l’industrie, c’est ce dont je suis le plus fier et le plus valorisant, c’est de voir des gens réussir et en retour ces gens développent ensuite une loyauté. » C’est d’autant plus important parce que pour lui il ne fait aucun doute que l’un des plus importants défis de l’industrie est la pénurie de main-d’œuvre. « Le problème n’est pas tellement au niveau de l’assemblage, mais au niveau des autres services, ingénierie, marketing, service à la clientèle, service des ventes, c’est un véritable casse-tête. Le roulement de personnel ça coûte cher. Il faut trouver des solutions gagnantes pour attirer et retenir la main-d’œuvre. » 

L’autre grand défi de l’industrie électrique selon Louis Beaulieu, c’est qu’elle est appelée à se moderniser. « Il faut développer le commerce électronique, adopter la numérisation, il faut aller chercher des gains en termes de fluidité, nos compétiteurs d’autres industries ont tout intégré, de la commande à la livraison comme Amazon. Nous avons un long chemin à parcourir, des innovations technologiques à adopter, ce sont d’importants investissements et c’est très complexe. Nos distributeurs ne fonctionnent pas tous à la même vitesse, nous recevons encore des commandes par fax. Je pense que le virage va être difficile. Le retour sur investissement n’est pas clair, et pour le moment la question est qu’est-ce qui va arriver si je ne le fais pas. » 

Je lui demande quelles sont selon lui les grandes tendances en chauffage électrique, son segment de l’industrie, notamment face aux changements climatiques? « Il y a beaucoup d’incertitude sur ce qui s’en vient à long terme, il y a des pressions sur les autres sources d’énergie, la conversion tout à l’électricité, on l’espère, on l’a toujours espéré, mais il faudra peut-être attendre encore. Le chauffage électrique ne peut que s’imposer, les gens veulent l’efficacité, des systèmes intelligents, plus de confort, plus de produits radiants. Les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants et veulent un chauffage économique et confortable. »  Il précise que le marché industriel et commercial bouge moins vite que celui du consommateur, mais que la disparition du mazout ouvre un immense potentiel. 

Les défis sont de taille tant dans l’industrie que dans son segment. Les batailles tarifaires et économiques font la une et il précise que selon lui toute tension commerciale dans un contexte d’économie globale fait mal et nuit au développement des affaires. Beaucoup d’enjeux à relever, il en est conscient et il est prêt à les relever. Dans ce contexte, comment arrive-t-il à concilier sa vie personnelle avec sa vie professionnelle? « Au cours des dix dernières années, je n’ai pas eu beaucoup de pauses de travail. Toutefois, je considère que mon travail n’est pas un fardeau, j’aime ce que je fais, suivre la performance de l’entreprise, ce n’est pas un effort pour moi, je me sens souvent en vacances même quand je travaille, j’aime voir le monde, je participe à beaucoup d’événements. Le jour où j’aurai hâte d’aller en vacances, ce sera peut-être le temps de me retirer. Il y a des gens qui aiment les mots croisés, moi c’est me tenir au courant de ce qui se passe dans l’entreprise et dans l’industrie que j’aime. Parfois j’arrive au souper et je suis préoccupé, mais mes enfants de deux mois et 3 ans et demi ont vite fait de me ramener sur terre. » 

Monde en mouvement

  • Prev
L’arrivée de Corinne Galarneau s’inscrit dans la stratégie de croissance et de développement de ...
D'ici la fin de l'année, Hydro-Québec aura investi plus de 25 M$ CA en 2020 afin de ...
Sous la direction d’Éric Deschênes, directeur ABB Canada, la compagnie a amassé 15 450 $ lors du ...
EXFO Inc. a annoncé l’acquisition d’InOpticals Inc., un chef de file technologique en matière ...
Southwire a acquis Construction Electrical Products (CEP) de Livermore, en Californie. Au ...
Dans le dernier Electrical Worker, le président international Lonnie R. Stephenson a annoncé ...
Hydro-Québec affiche un bénéfice net de 1 605 M$ pour le premier semestre de 2020, en ...
Cet article d’Aperçus économiques porte sur les répercussions de la COVID-19 sur l’activité ...
La valeur totale des permis de bâtir a reculé de 3,0 % pour s'établir ...
L'investissement total en construction de bâtiments s'est accru de 12,0 % en juin pour se ...

Nouvelle représentante externe chez Agence Ricard 

Agence Ricard L’arrivée de Corinne Galarneau s’inscrit dans la stratégie de croissance et de développement de l’Agence Ricard dans la province du Québec ainsi que la région d’Ottawa. Corinne occupe dès maintenant le titre de représentante externe et couvrira principalement la rive-sud de Montréal ainsi qu’une bonne partie de l’est de l’ile. Elle soutient ainsi nos manufacturiers dans leur croissance sur le territoire québécois. 

Forte de plus de 12 années d’expérience en relations publiques et marketing, Corinne excelle en développement des affaires...

 

Lire Plus...


 

ABB participe encore cette année au Défi kayak Desgagnés

ABB Défi kayak DesgagnésSous la direction d’Éric Deschênes, directeur ABB Canada, la compagnie a amassé 15 450 $ lors du Défi kayak Desgagnés tenu au profit de Jeunes musiciens du monde. Cette somme s’ajoute au don de 20 000 $ qu’a effectué l’entreprise précédemment. Éric a précisé qu’ABB était impliquée avec Jeunes musiciens du monde depuis quelques années avec le défi Kayak Desgagnés.

Cette année, Éric a été nommé président d’honneur de la 6 édition de l’événement qui a eu lieu du 3 au 6 septembre. Le défi Kayak Desgagnés est une activité de levée de fonds importante qui consiste dans la descente du fleuve St-Laurent en kayak de mer entre Montréal et la ville de Québec.

Lire Plus...


 

Permis de bâtir, juillet 2020La valeur totale des permis de bâtir a reculé de 3,0 % pour s'établir à 7,8 milliards de dollars en juillet. Ce recul était entièrement attribuable aux baisses enregistrées en Colombie-Britannique (où la valeur a diminué de 34,2 % pour s'établir à 1,2 milliard de dollars), au Québec (où la valeur a diminué de 15,1 % pour se fixer à 1,5 milliard de dollars) et à Terre-Neuve-et-Labrador (où la valeur a diminué de 19,0 % pour s'établir à 54 millions de dollars).

La valeur des permis a augmenté dans toutes les autres provinces et tous les territoires, et la hausse est principalement attribuable à la délivrance d'un permis commercial de 474 millions de dollars à Ottawa pour la construction du projet Python de 2,7 millions de pieds carrés...

Lire plus...


 

Tim KingSouthwire est fière d'annoncer que Tim King a accepté le rôle de président de Southwire Canada. Dans ce rôle, il dirigera la filiale canadienne de l'entreprise, située au siège social de Southwire Canada à Mississauga, en Ontario.

Kelly Hanson, qui occupait précédemment ce poste, déménagera avec sa famille à Atlanta, en Géorgie. « Tim est un penseur stratégique ayant fait ses preuves qui possède l'expérience et les compétences de direction nécessaires pour continuer à faire passer notre entreprise au niveau supérieur et je suis extrêmement enthousiaste à l'idée de travailler avec lui en tant que nouveau président de Southwire Canada...

Lire Plus...


 

Nouveau Produits

  • Prev
ANAMET peut fournir une grande variété de raccords pour correspondre à nos conduits Anaconda ...
ELECTRI-FLEX COMPANY annonce que les types de produits LA, ZHLA et CBLA sont désormais conformes à ...
Le couteau de poche pour électricien de Klein Tools est aussi précieux pour séparer les câbles et ...
FLIR a annoncé le nouveau kit de localisation et traceur de câbles avancé Extech CLT600. Conçu pour ...
Les nouveaux contacteurs CEI de type F Ex9C de NOARK Electric offrent une protection accrue et des ...
Luminis a annoncé l’arrivée de Bellevue, une famille de luminaires d’extérieurs. Bellevue est un ...
L'éclairage de sécurité à LED Lithonia Lighting® BarnGuard (BGR) présente les caractéristiques ...
La série ZNSC2 est la dernière génération d'unités de contrôle de détection de zone. Il est conçu ...
Le dôme de lumière de disque de LED est fait d'acier inoxydable de catégorie marine et fait la ...
Le LMEZ Micro de Visioneering est désormais disponible avec des capteurs Intellect. Ce luminaire ...

LuminisLuminis a annoncé l’arrivée de Bellevue, une famille de luminaires d’extérieurs. Bellevue est un luminaire versatile pour l’éclairage d’espaces extérieurs multiple.

Une famille polyvalente de luminaires au design rectiligne unique et moderne, Bellevue a été conçu pour les projets nécessitant une combinaison d'éclairage directionnel, de contrôle de l'éblouissement dans les zones piétonnes à fort trafic et d'éclairage public.

 

 

 

Lire Plus...


 

AimLite ZNSC2La série ZNSC2 est la dernière génération d'unités de contrôle de détection de zone. Il est conçu pour surveiller les circuits électriques à différentes tensions (120 VCA, 277 VCA et 347 VCA). Le ZNSC2 déclenchera automatiquement le fonctionnement de l'éclairage de secours en utilisant un courant alternatif ou continu.

Dans une configuration traditionnelle, l'éclairage de secours ne s'allumerait qu'en cas de panne de courant généralisée (déclenchant un éclairage de secours partout). Avec la détection de zone, l'éclairage de secours s'allumera si une zone surveillée perd de l'alimentation (déclenchant l'éclairage de secours spécifique à cette zone).

Lire plus...


 

Articles récents

  • Prev
Le salaire moyen global pour la distribution en gros est de 57 000 $, parmi les personnes ...
3M Canada présentera un webinaire sur les câbles chauffants au cours duquel vous en saurez plus sur ...
En novembre, l'investissement total en construction de bâtiments a diminué de 2,0 % par ...
Les relations avec les contracteurs ont toujours été stigmatisées par la croyance que ces derniers ...
La règle 80-000 note que cette section complète ou modifie les exigences générales du ...
Les gaffes sportives proviennent souvent d’erreurs évitables qui favorisent l'autre équipe. Le ...
Un système de contrôle électrique vieillissant peut entraîner des temps d'arrêt et des risques de ...
En septembre, l'investissement total en construction de bâtiments s'est chiffré ...
Chacun de mes articles fait valoir un argument.  Celui-ci est dédié à mon e-mentor qui ...
Les systèmes de commandes d'éclairage en réseau sont en réalité des réseaux informatiques: ils ...

En période de transition, la santé mentale peut en souffrir. Les employeurs peuvent apporter leur soutien en proposant des modalités flexibles

Michelle BraniganMichelle Branigan

Au cours de toute année régulière, septembre marque une période de transition. Nous vivons des changements de routine au fur et à mesure que les enfants retournent à l’école, les jours raccourcissent et les routines de chacun changent de rythme à mesure que l’été se termine et que l’automne s’accélère.

Cette année, bien sûr, nous ressentons ces transitions plus vivement que jamais. La COVID19 a eu un impact sur la façon dont nous travaillons et vivons, et de nombreuses personnes souffrent de stress et d'anxiété accrus. 

Lire Plus... 


 

Swati Vora-PatelSwati Vora-Patel

Nous gardons une trace des résultats sportifs, des notes scolaires et des victoires et pertes dans les affaires, mais avons-nous des mesures cohérentes en place pour suivre nos impacts sociétaux et environnementaux ?

Nous savons déjà que notre industrie a fait d'énormes progrès dans la réduction de l'empreinte carbone dans notre environnement. Oui, cet impact est mesurable ; nous pouvons suivre la consommation d'énergie réduite que nos équipements et systèmes électriques fournissent. Notre score d'efficacité énergétique a un impact important.

Lire Plus...


 

lme46_ss400.jpg

À mesure que les entreprises augmentent en taille, les salaires augmentent généralement. C’est dans les entreprises de 2 000 à 4 999 employés où les ingénieurs gagnent les salaires médian les plus élevés à 86 181$.

 

Lire Plus...

  

Cuivre prix de la livre en US $

Le monde de l'électricité en ligne

Cette publication hebdomadaire est destinée à tous les acteurs de l'industrie électrique, incluant les professionnels de la construction, de l'entretien électrique ainsi que les ingénieurs électriques à travers le Canada. LME informe et renseigne sur les développements ayant un impact sur le design, la spécification et l'installation des équipements électriques. Proposant des nouvelles de l'industrie et des technologies récentes, LME deviendra votre lecture de référence de l'industrie électrique du Canada. LME est publiée tous les mardis.
Kerrwil Publications Great Place to Work. Certified December 2019 - December 2020

538 Elizabeth Street, Midland,Ontario, Canada L4R2A3 +1 705 527 7666
©2020 All rights reserved

Use of this Site constitutes acceptance of our Privacy Policy (effective 1.1.2016)
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Kerrwil