Les manufacturiers du Québec doivent faire partie de la vision du gouvernement pour relancer l’économie

9-novembre-2023

gouvernement pour relancer l'économie

Alors que le ministre des Finances du Québec, M. Éric Girard, s’apprête à déposer une mise à jour économique, Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) a appelé le gouvernement à avoir une vision globale de l’économie et à considérer les manufacturiers comme des atouts importants pour la relance économique du Québec. Rappelons que le secteur manufacturier québécois représente 12,6 % du PIB ainsi que 86,8 % des exportations. Avec des ventes globales de près de 213,2 milliards de dollars en 2022, son importance pour l’économie québécoise est indéniable.

Énergie

L’inflation affecte l’ensemble de la société québécoise, incluant les entreprises manufacturières. Alors que le gouvernement s’apprête à revoir la tarification de l’électricité, MEQ appelle à considérer les impacts d’une hausse sur les coûts des entreprises et leur compétitivité.  Le gouvernement doit s’assurer que les réalités industrielles soient prises en compte l’établissement des nouveaux tarifs d’électricité, notamment en favorisant les contrats interruptibles.

De plus, MEQ est très inquiet de l’intention du gouvernement de mettre fin au programme d’aide financière du tarif L. Nous souhaitons son maintien. Le gouvernement du Québec doit soutenir les investissements permettant d’augmenter la productivité et la décarbonation de l’industrie.

La formation comme remède à l’inflation

L’importante hausse des taux d’intérêt frappe fort, autant pour les citoyens que pour les entreprises. La hausse des coûts jumelée à l’incertitude économique ralenti les investissements des manufacturiers, alors qu’ils doivent poursuivre leurs investissements pour s’automatiser et se robotiser afin d’accroitre leur productivité.

L’enjeu de main-d’œuvre est central dans la décision de prendre le virage technologique et énergétique. MEQ demande donc au gouvernement du Québec d’investir de façon plus importante et de façon ciblée dans la formation de la main-d’œuvre.

De façon plus concrète, nous souhaitons que le gouvernement :
  • Dans les programmes d’Emploi Québec, de prioriser les entreprises et les projets qui sont les plus porteurs en termes d’augmentation de la productivité, et ce peu importe leur taille. Actuellement, les entreprises de moins de 100 employés sont priorisés, ce qui a pour effet de laisser de côté des PME et d’autres entreprises qui ont des projets porteurs et pour lesquels le support d’EQ aurait un impact significatif.
  • D’accroître l’aide pour améliorer les compétences technologiques et environnementales. En effet, une étude menée de concert avec l’Institut du Québec démontre l’importance de la formation des directeurs d’usine et des gestionnaires pour favoriser la croissance de la productivité.

Il y a actuellement près de 21 325 postes vacants dans le secteur manufacturier québécois. Actuellement, les entreprises du Québec vont devoir encore refuser des contrats ou ralentir des investissements stratégiques alors que l’économie du Québec roule à vide depuis près d’un an.

Citation

« Les manufacturiers ont le potentiel de contribuer davantage au PIB québécois, de générer plus de richesse et de faire bouger l’aiguille pour atteindre les priorités économiques du gouvernement du Québec. Alors qu’un ralentissement économique se fait de plus en plus sentir par les manufacturiers, plusieurs projets d’investissements sont ralentis ou remis en cause. Le gouvernement du Québec doit mettre en place les mesures pertinentes et cohérentes afin de permettre au secteur manufacturier et à toutes les entreprises du Québec d’augmenter leur productivité et de favoriser le virage énergétique nécessaire. Il est temps de faire preuve de davantage d’ambition pour le secteur »

Madame Véronique Proulx,
présidente-directrice générale de MEQ

Pour en savoir plus, cliquez ici

Related Articles


Monde en mouvement


Formation et événements