Bienvenue à l’ère de la disruption 

Michelle_Branigan-2019-125.gif

 

Michelle_Branigan-2019-400.jpgMichelle Branigan

17 avril 2020

Nous sommes dans une ère de disruption.  Les technologies existantes et émergentes sont à l’origine d’une révolution importante dans la façon dont le travail est effectué dans tous les secteurs de l’économie canadienne et aucune industrie, y compris l’électricité, ne sera à l’abri.

Pensez aux technologies et aux entreprises qui ont changé notre façon de vivre, de travailler et de communiquer les uns avec les autres. Uber, Airbnb, Spotify, Facebook, Twitter, Duolingo. La liste est longue et ce qui est fascinant, c’est que ce sont des entreprises qui n’existaient pas il y a 20 ans. Pourtant, ce sont des mots communs dans notre lexique d’aujourd’hui. Pour ceux d’entre nous qui manquent encore Blockbuster (ok, coupable) il a été une expérience parfois choquante de voir des géants établis de longue date se faire dépasser en raison de leur incapacité à innover. 

Dans le secteur de l’électricité, les réseaux intelligents, la cybersécurité, les préoccupations en matière de protection de la vie privée, l’automatisation, le captage et le stockage du carbone, et l’électrification des transports ne sont que quelques-uns des facteurs et des technologies qui refaçonnent le paysage de l’industrie et déplacent les objectifs du développement de la main-d’œuvre en même temps.

Bien que l’automatisation et l’intelligence artificielle (IA) puissent éliminer complètement très peu de professions au cours de la prochaine décennie, elles affecteront des parties de presque tous les emplois à un degré plus ou moins élevé, selon le type de travail qu’ils impliquent et la variabilité des tâches. 

Il n’est pas toujours facile d’anticiper les impacts de ces changements; que ce soit en tant qu’employeur, éducateur ou décideur. Mais il est essentiel que les employeurs et les employés soient conscients de l’incidence de ces changements sur la demande de travailleurs dans le secteur, de l’impact des emplois et des profils de compétences et des exigences de formation des futurs travailleurs du secteur. Nous savons d’après nos recherches que le secteur de l’électricité de demain aura besoin de travailleurs dotés de solides compétences en analyse numérique et en analyse de données. Pourtant, selon le dernier rapport de la EHRC, Work Transformed, la plupart des travailleurs du secteur ont des compétences numériques légèrement ou quelque peu développées seulement. Que leurs emplois soient déplacés ou transformés par la technologie, les travailleurs auront besoin d’une nouvelle formation ou d’une mise à niveau pour s’adapter aux nouvelles exigences. Bien que beaucoup de gens craignent que les emplois disparaissent à la suite de l’automatisation et de l’IA (et dans certains cas, ils le feront), la réalité est que certaines innovations vont créer des emplois entièrement nouveaux qui n’existaient pas auparavant. 

Les employeurs et les employés ont un rôle à jouer pour s’assurer que les travailleurs ont les compétences nécessaires pour réussir. Les organisations doivent être prêtes à adapter le changement, ce qui signifie poser des questions sur la structure organisationnelle, la concurrence et leur volonté d’innover. Personne ne veut être le prochain Kodak. 

Tu es prêt? Voici quelques-unes des questions que vous devez vous poser :

Quels sont les changements technologiques qui affecteront mon secteur?

Quel sera l’effet de ces changements? 

Comment les nouvelles technologies vont-elles changer la demande de main-d’œuvre? Pourrai-je accéder à la main-d’œuvre dont j’ai besoin? Dois-je investir dans la formation de ma main-d’œuvre actuelle? Quelles sont leurs compétences spécifiques et comment devront-elles évoluer? Comment puis-je me battre pour les meilleurs talents?

Quand ces changements devraient-ils se produire? 

Quel est mon ensemble de compétences? Serai-je affecté dans mon rôle à la suite de la nouvelle technologie introduite dans l’entreprise? Suis-je prêt à améliorer mes compétences ou à me recycler? 

Bien qu’il y ait encore beaucoup de débats dans cette industrie quant à la rapidité avec laquelle le secteur évoluera, j’estime que le moment est venu d’agir. Attendre de voir comment les choses vont se faire n’est pas une option. Comme l’a si sagement écrit Geoffrey Chaucer : « Le temps et la marée n’attendent aucun homme ». Ajoutons de la technologie à cette liste.

Related Articles


Monde en mouvement

  • La victoire de la section locale en C.-B. pourrait servir d’exemple

    La victoire de la section locale en C.-B. pourrait servir d’exemple

    15-avril-2024 Les leaders de la section locale 1555 de Moncton ont riposté au moment où une entreprise a eu recourt à des vides juridiques et jouée un tour de passe-passe pour empêcher la FIOE de présenter une soumission sur un projet qui vise à rebâtir un parc éolien en difficulté au Nouveau-Brunswick. « Ne rien faire,… Read More…

  • L’Ontario lance le Fonds d’innovation pour le réseau

    L’Ontario lance le Fonds d’innovation pour le réseau

    15-avril-2024 Le programme tirera parti des nouvelles technologies pour améliorer l’efficacité du réseau électrique de la province Le gouvernement de l’Ontario construit le réseau de l’avenir en lançant un nouveau cycle de financement dans le cadre du Fonds d’innovation pour le réseau qui consacrera 9,5 millions de dollars à des projets qui amélioreront l’efficacité du réseau électrique… Read More…


Formation et événements