|

L’importance de l’intégration des nouveaux diplômés dans la main-d’œuvre pour Schneider Electric

27-juillet-2023

Blake Marchand

Schneider Electric s’est engagé à doubler les opportunités pour les stagiaires, les apprentis et les jeunes diplômés entre 2021 et 2025, et à former un million de personnes à la gestion de l’énergie.

Le 29 mai, l’entreprise a organisé un événement à l’Université Métropolitaine de Toronto pour présenter son engagement à intégrer les jeunes générations dans le monde du travail.
L’événement comprenait une table ronde de l’industrie et une visite du Microgrid Lab de Schneider Electric à l’Université métropolitaine de Toronto. Cette visite a permis de présenter des exemples concrets de réussite de leur programme de rotation qui fait passer les nouveaux diplômés par différents segments afin qu’ils acquièrent de l’expérience dans de multiples facettes de l’entreprise, ainsi que la façon dont le Smart Grid Lab soutient des entreprises en démarrage comme Elocity, qui a utilisé le laboratoire pour mettre au point sa technologie de recharge des véhicules électriques.

Charise Le, directrice des ressources humaines de Schneider Electric, Thomas Duever, doyen de la faculté d’ingénierie et de sciences architecturales de l’UTM, et Neetika Sathe, vice-présidente du centre des énergies et technologies vertes (GRE&T) d’Alectra, ont participé à la table ronde de l’événement.

Electrical Industry Newsweek s’est entretenu avec Charise Le à l’issue de la table ronde pour connaître son point de vue sur les défis liés à l’intégration des stagiaires, des nouveaux diplômés et des apprentis dans le monde du travail.

Lorsqu’il s’agit d’embaucher des étudiants sortant de l’université, des stagiaires et des apprentis, Mme Le affirme qu’il est important pour l’entreprise d’honorer l’engagement qu’elle a pris de faire sortir les jeunes de l’école et de les intégrer dans le monde du travail, malgré les défis associés à la formation et au développement.

Il suffit de dire « voici Schneider Electric, voici ce que nous faisons, voici nos valeurs, voici notre engagement, et nous devons le faire », a-t-elle déclaré. « Mais je ne veux pas en faire un simple engagement sur papier, nous devons impliquer l’équipe, les territoires », a déclaré Mme Le.

Le défi pour les managers est qu’ils doivent toujours produire des résultats et atteindre des objectifs dans le cadre de leurs activités quotidiennes. De ce point de vue, il est plus facile d’embaucher un professionnel expérimenté que de former et de développer des talents internes. Cependant, l’entreprise et le secteur ont besoin de l’arrivée de nouvelles générations pour assurer leur pérennité. L’avantage d’intégrer les nouvelles générations aux anciennes est une courbe d’apprentissage à double sens.

Le transfert de connaissances entre les jeunes professionnels et les professionnels expérimentés est un aspect essentiel d’une main-d’œuvre durable, qui soutient également l’innovation. Les professionnels expérimentés ont une mine de connaissances à transmettre aux nouveaux venus dans l’industrie, mais les jeunes diplômés ont également une base de connaissances, un ensemble de compétences et une vision de l’industrie dont les membres expérimentés de l’industrie peuvent bénéficier.

Lorsque l’engagement a été lancé en 2021, Mme Le a déclaré qu’il était nécessaire d’encourager les cadres à faire un effort concerté pour embaucher des jeunes issus de stages, d’apprentissages et de l’université ; cependant, quelques années après le lancement de l’initiative, cet effort supplémentaire n’est plus nécessaire.

« Ils en voient la valeur, car les étudiants apportent des perspectives différentes, un regard neuf, ils apportent l’innovation.

« Nous étions tous jeunes et il y avait quelqu’un pour nous donner l’occasion de rejoindre leur entreprise et d’apprendre. En tant que l’une des entreprises les plus durables, nous estimons que nous avons cette responsabilité », a-t-elle expliqué.

« Il ne s’agit pas seulement de les embaucher et de les faire entrer dans l’entreprise, il s’agit aussi de les aider à réussir.

Les programmes de rotation de Schneider en sont un exemple : ils permettent aux jeunes professionnels d’acquérir de l’expérience dans plusieurs domaines de l’entreprise, non seulement pour diversifier leur expérience, mais aussi pour leur donner un aperçu de ce qui les intéresse dans l’industrie.

« Il s’agit d’apprendre de manière holistique ce que fait l’entreprise et de choisir le domaine qui vous intéresse et vous passionne, afin de pouvoir continuer à progresser. Ensuite, nous proposons des mentorats pour aider les étudiants à réussir. »

Un autre élément est la création d’un environnement inclusif. Vous ne pouvez pas vous contenter d’embaucher quelques étudiants chaque année, vous devez créer un environnement, de manière systématique, qui permette aux gens de se sentir inclus dans le progrès de l’entreprise.

Non seulement les nouvelles recrues sont mises en relation avec des mentors seniors, mais elles peuvent également apprendre et être encadrées par leurs pairs qui comprennent les défis à relever pour percer dans l’industrie.

Un autre aspect important de la culture d’entreprise de Schneider est le mentorat inversé.

« Ce n’est pas seulement le senior qui encadre le junior, c’est aussi l’inverse. J’ai été encadrée par un professionnel en début de carrière », souligne Mme Le.

Dans le cadre de ce programme, Mme Le était impatiente de découvrir leurs processus, les outils qu’ils utilisent au quotidien, la manière dont ils se connectent, les moyens les plus efficaces d’apprendre et de s’impliquer dans l’industrie.

Le mentorat inversé est un outil utile pour comprendre comment les jeunes professionnels perçoivent l’industrie et pour avoir une meilleure idée des valeurs qui sont importantes pour eux, « parce que nous construisons une culture d’entreprise pour la future main-d’œuvre », a déclaré Mme Le. L’objectif est de créer une main-d’œuvre multigénérationnelle.

Schneider n’est pas en mesure d’embaucher tous les étudiants qui participent à son programme de rotation, mais elle est membre d’Électro-Fédération Canada (ÉFC), ce qui peut contribuer à combler le fossé en termes de recrutement dans l’industrie en général. Les organisations telles que l’ÉFC mettent en évidence la communauté au sein de l’industrie électrique, et elles ont tout intérêt à accroître et à diversifier la main-d’œuvre à mesure que nous passons à l’électrification et que la demande de main-d’œuvre de qualité se maintient.

Related Articles


Monde en mouvement

  • Agence Ricard annonce la nomination d’une nouvelle directrice marketing

    Agence Ricard annonce la nomination d’une nouvelle directrice marketing

    20-juin-2024 L’Agence Ricard, un leader reconnu dans l’industrie électrique, a le plaisir d’annoncer la nomination de Clémence Marseille en tant que nouvelle Directrice Marketing.  Clémence apporte avec elle une riche expérience de plus de 10 ans dans le domaine du marketing, dont 5 années spécifiquement dédiées à l’industrie électrique. Son expertise et sa vision stratégique seront des… Read More…

  • Ascot acquiert NRG Management 

    Ascot acquiert NRG Management 

    20-juin-2024 Groupe Capital Ascot a le plaisir d’annoncer qu’il a acquis NRG Management, un agent d’éclairage local sur le marché québécois.  NRG commencera à représenter Stanpro pour les projets à partir du 5 août 2024. Ceci permettra à Stanpro de participer plus efficacement aux projets de spécifications et de conception-réalisation qu’elle ne peut le faire… Read More…


Formation et événements

  • 21-mai-2024 Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) vous invite à un webinaire gratuit le 4 juin de 12 h à 13 h sur Zoom portant sur le plan stratégique technologique lors du transfert d’entreprise. Elle s’adresse aux entrepreneurs qui envisagent acheter ou vendre une entreprise dans un contexte où la technologie revêt une… Read More…

  • 13-mai-2024 L’énergie et l’enthousiasme étaient palpables lors de l’édition 2024 du salon MEET au Colisée de Moncton, les 1er et 2 mai. Le salon biennal de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de la technologie – qui fêtera ses 25 ans en 2024 – a connu un record d’affluence, accueillant 6 626 professionnel·le·s de l’industrie à l’un des… Read More…