Projet de loi sur l’énergie : la production indépendante d’énergie renouvelable essentielle à la transition énergétique québécoise

13-juin-2024

L’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable (AQPER) se réjouit de plusieurs des mesures de modernisation de notre secteur énergétique déposées par le ministre Pierre Fitzgibbon à l’Assemblée nationale ce matin, et rappelle le rôle clé qui devra continuer d’être joué par les producteurs indépendants d’énergies renouvelables pour répondre à l’ampleur de la demande énergétique. À cet effet, l’AQPER entend porter une attention très particulière aux articles concernant l’approvisionnement, car, depuis le dévoilement de la stratégie éolienne d’Hydro-Québec, les producteurs indépendants sont préoccupés par la place qui leur sera accordée, notamment dans la réalisation de grands projets éoliens.

Il est important de rappeler que nos membres ont développé, avec grand succès, plusieurs filières d’énergie renouvelable durant les 30 dernières années et ont pu offrir aux Québécoises et aux Québécois des conditions d’approvisionnement avantageuses, sur lesquelles le Québec s’appuie aujourd’hui. Il est donc essentiel que le projet de loi puisse bonifier cette collaboration et permettre la contribution de tous les acteurs dans la réussite de la transition énergétique.

Cinq mesures qui permettront de développer le plein potentiel des énergies renouvelables

L’AQPER se réjouit principalement des mesures suivantes :

  • Le Plan de gestion intégré des ressources énergétiques (PGIRE) nous donnera une vision globale et non sectorielle du développement énergétique, et ce, sur un horizon de 25 ans. Il sera de nature à diriger les bonnes énergies aux bons endroits, en tenant compte des besoins en termes de prévisibilité, de volume et de récurrence tout en offrant la possibilité de l’adapter aux 6 ans à de nouvelles conditions ou de nouvelles technologies.
  • Dans le domaine de la production d’électricité, l’obligation de soumettre un Plan de transport fera en sorte qu’Hydro-Québec devra anticiper les besoins et augmenter la capacité de son réseau afin que les projets d’énergie renouvelable, comme l’éolien et le solaire, soient sélectionnés en fonction de la richesse des vents et de l’acceptabilité sociale, et non plus en fonction des limites du réseau.
  • L’élargissement à toutes les sources de production d’énergie renouvelable de l’exception pour la biomasse au droit exclusif de distribution d’électricité qui permet de vendre de l’énergie produite sur un terrain adjacent sans utiliser le réseau de transport d’Hydro-Québec. Cette mesure favorisera certainement la décarbonation du secteur industriel.
  • Les mesures qui favorisent un partage de coûts liés à la production de GSR et un mode de tarification plus flexible et adapté aux différents types de consommateurs représentent certaines des solutions de cette filière d’économie circulaire prometteuse.
  • Le rehaussement à 100 mégawatts de la limite pour les projets de petites centrales hydroélectriques fournira une solution de plus à Hydro-Québec pour gérer la période de pointe et limiter pendant cette période ses importations d’électricité majoritairement produite par des énergies fossiles.

Les producteurs indépendants d’énergie renouvelable souhaitent que les discussions sur ce projet de loi se fassent dans un véritable esprit de collaboration afin de répondre au véritable enjeu auquel notre société est confrontée :  réduire notre dépendance aux énergies fossiles qui représentent toujours 52 % de notre consommation totale d’énergie.

Citation

“ Les promoteurs indépendants sont prêts à répondre à la demande et continueront de collaborer avec le gouvernement, Hydro-Québec et les parties prenantes afin d’identifier les avenues les plus avantageuses et stratégiques pour le développement de nos énergies renouvelables. À la lecture préliminaire du projet de loi, nous sommes confiants que plusieurs des propositions effectuées permettront d’accélérer notre transition énergétique et d’instaurer un meilleur arrimage des efforts pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Nous allons maintenant, avec nos comités, analyser en profondeur la proposition déposée par le gouvernement, notamment en ce qui a trait aux nouveaux modes d’approvisionnement proposés, afin de nous assurer de la place de nos producteurs” 

Luis Calzado, Président-directeur général de l’AQPER

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Related Articles


Monde en mouvement


Formation et événements

  • 21-mai-2024 Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) vous invite à un webinaire gratuit le 4 juin de 12 h à 13 h sur Zoom portant sur le plan stratégique technologique lors du transfert d’entreprise. Elle s’adresse aux entrepreneurs qui envisagent acheter ou vendre une entreprise dans un contexte où la technologie revêt une… Read More…

  • 13-mai-2024 L’énergie et l’enthousiasme étaient palpables lors de l’édition 2024 du salon MEET au Colisée de Moncton, les 1er et 2 mai. Le salon biennal de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de la technologie – qui fêtera ses 25 ans en 2024 – a connu un record d’affluence, accueillant 6 626 professionnel·le·s de l’industrie à l’un des… Read More…