|

Permis de bâtir, décembre 2022

6-février-2023

10,3 milliards de dollars

Décembre 2022

-7,3 % baisse

(variation mensuelle)

La valeur mensuelle désaisonnalisée totale des permis de bâtir au Canada a reculé de 7,3 % en décembre pour s’établir à 10,3 milliards de dollars. Des baisses ont été enregistrées dans les secteurs résidentiel et non résidentiel.

En dollars constants (2012 = 100), la valeur totale des permis de bâtir a diminué de 7,4 % pour se chiffrer à 6,1 milliards de dollars.

Graphique 1 
Valeur totale des permis de bâtir, données désaisonnalisées

Graphique 1: Valeur totale des permis de bâtir, données désaisonnalisées

Infographie 1 
Permis de bâtir, décembre 2022

Vignette de l'infographie 1: Permis de bâtir, décembre 2022

Le secteur résidentiel recule en décembre après un mois de novembre vigoureux

En décembre, la valeur totale des permis de bâtir dans le secteur résidentiel a diminué de 8,4 % pour s’établir à 6,5 milliards de dollars.

Les intentions de construction dans la composante des logements unifamiliaux ont diminué de 3,9 %, tandis que la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a reculé de 11,6 % sous l’effet de diminutions observées dans sept provinces. Le Québec (-43,4 %) a été à l’origine d’une bonne partie de la baisse survenue dans la composante multifamiliale, après avoir affiché un mois de novembre vigoureux. En revanche, le Nouveau-Brunswick (+46,4 %) et la Saskatchewan (+36,9 %) ont enregistré des hausses notables en décembre.

Graphique 2 
Valeur des permis de bâtir des composantes unifamiliale et multifamiliale

Graphique 2: Valeur des permis de bâtir des composantes unifamiliale et multifamiliale

Graphique 3 
Valeur des permis de bâtir des secteurs résidentiel et non résidentiel

Graphique 3: Valeur des permis de bâtir des secteurs résidentiel et non résidentiel

L’Ontario fait fléchir le secteur non résidentiel

La valeur totale des permis de bâtir dans le secteur non résidentiel a diminué de 5,3 % pour se chiffrer à 3,8 milliards de dollars en décembre. Les baisses observées en Ontario ont plus que contrebalancé les hausses enregistrées dans sept provinces.

Les intentions de construction dans la composante industrielle ont reculé de 23,4 % en décembre après avoir atteint un sommet inégalé en novembre.

En décembre, la valeur des permis de bâtir dans la composante commerciale s’est légèrement accrue (+2,2 %), et des hausses ont été enregistrées dans sept provinces. L’Alberta a connu la progression la plus marquée en raison d’une variété de permis importants délivrés à Calgary.

La valeur totale des permis de bâtir dans la composante institutionnelle a affiché une croissance modeste (+0,9 %) d’un mois à l’autre. Les diminutions importantes survenues en Ontario (-30,1 %) ont été contrebalancées par les augmentations notables enregistrées au Québec (+45,1 %), au Manitoba (+228,6 %) et en Saskatchewan (+333,8 %). Les résultats exceptionnels observés au Manitoba et en Saskatchewan ont été principalement attribuables à des permis de bâtir délivrés pour la construction de nouveaux hôpitaux.

Les intentions de construction continuent de s’atténuer au quatrième trimestre

Au quatrième trimestre de 2022, la valeur totale des permis de bâtir a reculé de 7,8 % par rapport au trimestre précédent pour se chiffrer à 31,0 milliards de dollars.

Le secteur résidentiel a affiché une deuxième baisse trimestrielle consécutive au quatrième trimestre, après une année marquée par de nombreuses hausses des taux d’intérêt. Celles-ci peuvent freiner les intentions de construction, car elles augmentent les coûts des nouveaux projets et peuvent rendre l’obtention de financement plus difficile pour les promoteurs et les acheteurs. Les intentions de construction ont diminué de 13,0 % pour se chiffrer à 19,8 milliards de dollars au cours du trimestre. Des diminutions ont été enregistrées dans toutes les provinces, à l’exception de Terre-Neuve-et-Labrador. La valeur des permis de construction de logements unifamiliaux a reculé de 13,8 %, tandis que celle des permis de logements multifamiliaux a diminué de 12,3 %.

Le secteur non résidentiel a progressé de 2,9 % pour s’établir à 11,2 milliards de dollars. La hausse a été principalement attribuable à la composante industrielle, qui a affiché une augmentation marquée de 29,5 % pour atteindre un sommet trimestriel inégalé (2,8 milliards de dollars). La valeur des permis dans la composante commerciale est restée relativement stable (+0,3 %), tandis que la valeur des permis dans la composante institutionnelle a diminué de 12,3 %. Il s’agit d’une troisième baisse trimestrielle consécutive.

Revue annuelle de 2022 : la valeur des permis délivrés pour les logements unifamiliaux affiche une tendance à la baisse

La valeur totale en dollars courants des permis de bâtir continue de progresser pour atteindre des sommets inégalés, en hausse de 6,8 % pour l’année 2022. Cependant, la hausse annuelle a été en grande partie attribuable aux évaluations gonflées par les hausses persistantes des coûts des matériaux et de la main-d’œuvre. En dollars constants (2012 = 100), la valeur totale des permis de bâtir a baissé de 6,6 % pour se chiffrer à 83,0 milliards de dollars.

D’ici la fin du présent communiqué, les données seront présentées en dollars constants pour éliminer les effets des variations du pouvoir d’achat du dollar au fil du temps.

Après trois augmentations annuelles consécutives, les intentions de construction dans le secteur résidentiel ont diminué de 12,3 % pour se chiffrer à 50,9 milliards de dollars. En 2022, les baisses de la valeur des permis de bâtir pour les logements unifamiliaux (-15,5 %) ont dépassé les diminutions de la valeur des permis de bâtir pour les logements multifamiliaux (-9,6 %).

Le nombre et la composition des permis résidentiels pour des logements unifamiliaux et multifamiliaux peuvent s’expliquer par une multitude de facteurs liés à l’offre et la demande, tels que l’évolution des caractéristiques et des préférences des ménages, les modifications des règlements de construction, et le prix des logements unifamiliaux et multifamiliaux. Le graphique 4 montre qu’au fil du temps, les intentions de construction dans le secteur résidentiel se sont éloignées des logements unifamiliaux; elles représentaient 58,8 % de la valeur des permis de bâtir résidentiels il y a 10 ans pour s’établir à 43,6 % en 2022. Ainsi, 72 000 permis ont été délivrés pour la construction de logements unifamiliaux en 2022 (22,2 milliards de dollars), par rapport à 84 000 permis (28,4 milliards de dollars) en 2012, et ce, malgré une augmentation de la population de plus de quatre millions de personnes au cours de la même période.

Graphique 4 
Valeur des permis de bâtir du secteur résidentiel en dollars constants (2012)

Graphique 4: Valeur des permis de bâtir du secteur résidentiel en dollars constants (2012)

Le secteur non résidentiel a augmenté de 4,1 % pour atteindre 32,0 milliards de dollars en 2022. Malgré une deuxième hausse annuelle consécutive, le secteur demeure sous les niveaux observés avant la pandémie de COVID-19 (34,6 milliards de dollars en 2019). La croissance a été en grande partie attribuable à la composante industrielle, qui a fortement progressé de 20,1 %, principalement sous l’effet de la délivrance de 10 permis de bâtir d’une valeur supérieure à 100 millions de dollars dans la composante industrielle au cours de l’année, y compris un permis d’une valeur de 425 millions de dollars délivré en novembre pour une établissement de fabrication à Toronto.

Même si le permis de bâtir ayant la valeur la plus importante de l’année (près de 1,5 milliard de dollars) a été délivré dans la composante institutionnelle pour la construction d’un nouvel hôpital à Vancouver, la composante a progressé de 3,0 %. La composante commerciale a affiché une baisse marginale de 0,7 % sur une base annuelle.

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Related Articles


Monde en mouvement


Formation et événements

  • 21-mai-2024 Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) vous invite à un webinaire gratuit le 4 juin de 12 h à 13 h sur Zoom portant sur le plan stratégique technologique lors du transfert d’entreprise. Elle s’adresse aux entrepreneurs qui envisagent acheter ou vendre une entreprise dans un contexte où la technologie revêt une… Read More…

  • 13-mai-2024 L’énergie et l’enthousiasme étaient palpables lors de l’édition 2024 du salon MEET au Colisée de Moncton, les 1er et 2 mai. Le salon biennal de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de la technologie – qui fêtera ses 25 ans en 2024 – a connu un record d’affluence, accueillant 6 626 professionnel·le·s de l’industrie à l’un des… Read More…