Un examen des « milliards de meilleures décisions » d’ABB (deuxième partie)

6-juin-2022

Krystie Johnson

Exploiter l’IdO industriel

Le rapport d’ABB est un pas dans la bonne direction en montrant la voie aux organisations pour exploiter l’IdO industriel. Terwiesch soutient que l’éducation est un élément clé. Il y a seulement une génération ou deux, les gens se formaient pour un emploi et le faisaient pendant toute leur carrière ; mais aujourd’hui, les gens doivent souvent se mettre à jour pour éviter d’être obsolètes. Terwiesch considère que les entreprises ont l’obligation de former et de soutenir leur main-d’œuvre, de faciliter cette évolution et de contribuer au milieu universitaire, optimisant ainsi ces solutions en évolution rapide. Il pense qu’il est important de suivre le développement de la technologie — et que c’est un autre aspect de la durabilité. De toute évidence, il y a une ou deux décennies, personne ne prévoyait que les technologies développées pour améliorer les performances ou l’efficacité seraient également applicables à la durabilité ou que la quantité de données issues de ces technologies serait vitale pour prendre de meilleures décisions. La transparence des données est essentielle à cette évolution ; cependant, cette pratique s’accompagne de défis inhérents tels que la partisanerie et la sécurité.

Ces défis seront élaborés à l’échelle mondiale. Le rapport note que la compétitivité, l’efficacité et la réputation futures sont de grands moteurs pour les entreprises. Les panélistes conviennent que le fait de disposer de ces données aidera tout le monde à prendre de meilleures décisions. Cependant, avec la transparence de ces données, il n’y a nulle part où se cacher — alors les questions sont, comment les organisations peuvent-elles équilibrer la transparence avec le désir de cacher les mauvaises nouvelles ? Comment les données seront-elles organisées et contextualisées ? Qui devrait avoir accès ? Wood pose cette question à Hashmi, qui a mentionné plus tôt que ces données sont la pierre angulaire de la prise de décision.

Hashmi déclare : « Je pense que si nous examinons l’état du matériel aujourd’hui [il] a largement atteint la vision que nous avons définie il y a des années. Ce qu’il faut maintenant, c’est cette capacité à assembler ces bits de données disparates et à leur donner un sens. » – Ahmed Hashmi, senior vice-président, Digital chez bp

Il mentionne que la sécurité est un domaine où les données ne sont pas cachées, car elles ont été rendues personnelles et impératives. C’est la bonne chose à faire. Il poursuit : « En matière de développement durable, je m’attends à ce qu’une fois les données fiables, le partage s’améliorent. Et je pense que c’est là que du travail est nécessaire pour intégrer ces ensembles de données disparates et créer des informations exploitables. Il y a beaucoup d’idées inexploitables en ce moment. Vous obtenez des données et vous nagez dedans. Je pense que cette prochaine vague ne doit pas tant porter sur le kit et le matériel, mais sur l’intégration des données, et sur l’accès réel aux connaissances. Et je ne parle pas de l’IA et de l’apprentissage automatique, qui sont de haut niveau, je veux dire simplement une bonne contextualisation des données qui peut équiper nos employés pour prendre de meilleures décisions. Et ça se passe, ça se passe par endroits; il n’a pas encore vraiment rejoint la société du 21e siècle, mais c’est mon espoir et ma vision, que nous le serons, pas avant trop longtemps. »

Transparence des données

Bien sûr, les données n’ont pas été initialement collectées dans le but d’améliorer la planète, il y a donc du travail à faire — même sur les données existantes, sans parler de la collecte de nouvelles données — pour aider les gens et l’automatisation à prendre de meilleures décisions en matière de durabilité. De nouvelles priorités doivent être établies ; de nouveaux algorithmes doivent être développés. Wood se demande si les données seront partagées et si tirer des enseignements des données est la prochaine étape cruciale.

Wade convient que c’est le cas. Il y a beaucoup de données disponibles, et elles contiennent une mine d’informations. Il déclare : « Plus nous partageons les données et apprenons les uns des autres, le meilleur sera l’impact pour nous tous et pour la planète. Les organisations doivent mettre de côté leur compétitivité traditionnelle et, pour le plus grand bien, partager les données d’une manière responsable qui peut aider la planète. » Cela nécessitera des compromis — à la fois en tant que consommateurs et en tant qu’organisations — et il y aura des compromis entre ce qui est le mieux pour la performance et ce qui est le mieux pour la planète.

Terwiesch considère que le potentiel de transformation dépend de la connexion des systèmes et des personnes pour examiner les données ensemble et fournir une expertise à distance, et pas seulement pour écrire de meilleurs algorithmes. Il dit,

« Je suis convaincu qu’au fur et à mesure que cela mûrit et que les rapports deviennent plus cohérents, plus rationalisés, avec des normes bien convenues, je pense que cette visibilité et cette transparence conduiront à plus de responsabilités et à une résolution plus rapide et plus rapide des problèmes. » – Peter Terwiesch, président de l’automatisation des processus chez ABB

Le rapport d’ABB indique que les entreprises agissent. Bp, par exemple, donne l’exemple en matière de transparence. Comme l’observe Hashmi, la société a lancé un cadre massif de réinvention et de durabilité pour atteindre ses objectifs. Il sait que les conseils d’administration des entreprises veulent rester pertinents à l’avenir et examinent des mesures de performance globales et équilibrées. Il pense que c’est le travail de technologues comme Terwiesch et lui-même de s’assurer que les entreprises ont le bon câblage et les bonnes capacités pour alimenter cette transparence.

Où les décisions sont prises

Cela soulève un point important sur l’endroit où les décisions sont prises. Wood réfléchit à un panel récent qu’elle a dirigé avec des directeurs du développement durable qui, au cours des dernières années, ont commencé à se rassembler et à briser les silos qui les bloquaient auparavant dans leurs divisions respectives. Elle s’interroge : « Est-ce suffisant de dire : c’est évident — nous devons tous être sur la même longueur d’onde ? »

Wade répondu : « Vous avez la durabilité et la numérisation. Gérer la gouvernance autour de cela n’est pas une tâche triviale ; cela demande de réels efforts et de l’énergie aux organisations. Cela nécessite beaucoup de passerelles entre différents groupes et départements, brisant les silos comme nous en avons déjà parlé. Une partie du travail lourd qui doit se produire ; les gens ont besoin de se parler alors qu’ils ne se parlent pas normalement — et d’être d’accord. Et ce n’est pas facile. »

Pour l’avenir, les actions qu’une organisation peut entreprendre aujourd’hui en matière de numérisation et de durabilité doivent en faire une priorité et définir une direction claire. L’utilisation de la numérisation pour l’efficacité énergétique et des ressources, ainsi que l’introduction d’énergies renouvelables pour créer une gestion combinée de l’énergie des processus sont des mesures supplémentaires que les industries à forte intensité énergétique peuvent prendre. Faites le point sur vos capacités dans le numérique et établissez les liens nécessaires à la mise en œuvre de votre stratégie. Et enfin, investir dans les personnes et dans les partenariats. Nous sommes tous là-dedans.

Pour en savoir plus sur la recherche des milliards de meilleures décisions d’ABB, visitez https://global.abb/topic/ability/en/better-decisions

Selon l’Origine des espèces de Darwin, ce n’est pas la plus intellectuelle des espèces qui survit ; ce n’est pas la plus forte qui survit, mais l’espèce qui survit est celle qui est le mieux à même de s’adapter et de s’adapter à l’environnement changeant dans lequel elle se trouve. — Leon C. Megginson

Pour lire la première partie cliquez ICI.

Related Articles


Monde en mouvement


Formation et événements

  • 15-février-2024 La période d’inscription au Cours de connaissance générale de l’industrie de la construction (CCGIC) aura lieu du 19 février au 1er mars 2024 inclusivement. Ce processus d’inscription s’adresse aux personnes qui désirent obtenir un certificat de compétence pour l’occupation spécialisée dont elles sont diplômées parmi celles-ci : Les candidat(e)s diplômé(e)s boutefeux et foreurs(-euses), préposé(e)s aux instruments d’arpentage… Read More…

  • 22-janvier-2024 Membres du réseau des femmes de l’ÉFC Québec! Le réseau des femmes de l’ÉFC est une plateforme où les femmes et supporteurs des femmes des compagnies membres de l’ÉFC, peuvent se réunir, partager leurs expériences et leurs pensées, se supporter, et ce, dans une ambiance chaleureuse et acceuillante Le comité des femmes de l’ÉFC,… Read More…