Le monde de l’éctricité en ligne

7 mars 2016

Marjolaine Thibeault

La précarité des énergies fossiles et leurs effets sur l'environnement et la santé ont contribué à l'essor de l'énergie solaire photovoltaïque. Des chercheurs ont dressé un portrait des risques liés à la SST liés au cycle de vie des panneaux photovoltaïques, depuis l'extraction des matières premières nécessaires à leur fabrication jusqu'à leur recyclage.

L'énergie solaire photovoltaïque laisse une faible empreinte écologique. De plus, elle adhère favorablement aux principes du développement durable, en contribuant entre autres à l'économie verte, avec 820 000 emplois estimés dans le monde en 2011, dont plus de 5 000 au Canada et près de 2 000 au Québec. Cependant, trois zones d'ombre planent sur cette industrie : l'exploitation de matériaux potentiellement toxiques pour les travailleurs ; des procédés de fabrication et d'exploitation qui posent des problèmes de sécurité ; des risques écotoxiques potentiels, principalement à la fin de la vie des panneaux photovoltaïques.

« Pour comprendre tous les emplois de l'industrie du photovoltaïque (PV), il faut en comprendre tout le cycle de vie : de l'extraction des matières premières jusqu'au recyclage, en passant par l'installation des panneaux. À chaque étape correspond un certain type d'emploi. La plupart sont traditionnels, comme les emplois d'ingénieur, de chimiste, de technicien en métallurgie, de couvreur ou d'électricien. On les retrouve donc dans d'autres types d'industries, mais il existe également des emplois spécifiques comme ceux de technicien en haute technologie pour l'assemblage des cellules photovoltaïques ou encore d'installateur photovoltaïque certifié », explique Bouchra Bakhiyi, agente de recherche au Département de santé au travail et santé environnementale de l'Université de Montréal. Avec Joseph Zayed, professeur associé au même département et responsable du champ de recherche sur la prévention des risques chimiques et biologiques de l'IRSST, elle a dressé le portrait des emplois de l'industrie photovoltaïque au Québec en ce qui concerne la santé et la sécurité des travailleurs.

Les risques du premier et du dernier maillon

Au début du cycle se trouvent les deux mines d'exploitation du silicium que compte le Québec. Ce minerai est utilisé dans plusieurs procédés industriels, dont la fabrication de panneaux photovoltaïques. À l'étape suivante se situe le seul fabricant québécois de tellurure de cadmium, un composé de cadmium et de tellurine, qui sert également à fabriquer des panneaux PV. À ces deux étapes d'extraction et de fabrication, les risques chimiques que les chercheurs ont identifiés sont les mêmes que ceux de toute autre industrie qui utilise ou transforme des produits de nature semblable. Selon Joseph Zayed, « les travailleurs de ces industries savent qu'ils doivent se protéger et porter des équipements adéquats, comme c'est le cas dans n'importe quelle industrie faisant une production de substances chimiques ».

Lorsqu'ils installent des panneaux photovoltaïques, les travailleurs doivent tenir compte du risque potentiel d'être exposés à l'amiante qui peut être présent à différents endroits de la structure du bâtiment, dont les combles, l'isolation des tuyaux et les finis architecturaux. Dans de tels cas, les moyens de prévention sont bien documentés et connus des travailleurs et des employeurs.

Le recyclage des panneaux photovoltaïque a été peu étudié et pour cause : il commence à peine. Une fois installé, un panneau PV peut durer de 20 à 30 ans. Or, au Québec, on en installe depuis une vingtaine d'années seulement. On sait cependant qu'à la fin de la vie utile des panneaux, les matériaux qui les composent peuvent être extraits pour être recyclés au moyen d'acides, de bases, de solvants, etc. Les travailleurs affectés à cette tâche peuvent donc être exposés à ces différents produits. Encore là, les moyens de protection sont les mêmes que pour tout travailleur exposé à des produits semblables dans un autre type d'industrie.
Les risques physiques et autres

En menant leur recherche, Bouchra Bakhiyi et Joseph Zayed ont pu constater que c'est lors de l'installation des panneaux sur des bâtiments que les risques pour les travailleurs sont les plus grands. Il s'agit alors de risques physiques. Les chutes de hauteur constituent le plus important d'entre eux, les panneaux étant installés sur des toits ou au sommet de façades. L'électrocution constitue le deuxième risque, suivi des coupures et des lacérations. Les risques ergonomiques sont aussi présents en raison du poids des panneaux que les travailleurs, harnachés, doivent déplacer et assembler, souvent dans des postures contraignantes. Finalement, des risques d'incendie et d'explosion, beaucoup plus rares, existent aussi.

« Il y a de plus en plus d'installateurs de panneaux photovoltaïques et il faut se préoccuper des risques qu'ils courent, affirme l'agente de recherche. Je pense qu'il faudrait les sensibiliser à ces risques et leur offrir de la formation à des fins de prévention. »

Selon Bouchra Bakhiyi, la première étape consisterait à documenter les pratiques organisationnelles du travail des installateurs. « À l'issue de notre enquête, nous avons obtenu des informations sur les principales activités des entreprises impliquées dans le domaine du photovoltaïque, mais nous en savons encore trop peu sur leur façon de travailler pour pouvoir déterminer les points obscurs en matière de sécurité et définir avec précision les besoins de formation. Nous allons contacter les entreprises concernées par l'installation de panneaux PV, des gens du bâtiment et des maîtres électriciens, qu'ils aient collaboré ou non à la recherche, pour leur faire connaître nos résultats. C'est une première étape de sensibilisation. »

Les risques électriques

Les électriciens qui travaillent dans l'industrie photovoltaïque commencent d'ailleurs à réclamer de la formation. Ils connaissent bien le courant alternatif, mais moins le courant continu que les panneaux photovoltaïques produisent. Dès qu'un de ceux-ci est installé, les rayons du soleil étant toujours présents – même s'ils sont invisibles à nos yeux –, le courant continu généré... ne cesse jamais. « On ne sait pas encore si le courant continu est plus dangereux que l'alternatif et les électriciens souhaitent savoir comment l'utiliser de façon sécuritaire. Cela fait partie des choses qu'il faut documenter », signale l'agente de recherche.

« Dans l'industrie photovoltaïque, il y a les risques conventionnels et les risques nouveaux, découlant de procédés de travail nouveaux. Il faut documenter ces nouveaux risques », conclut Bouchra Bakhiyi.

Pour en savoir plus
BAKHIYI, Bouchra, Joseph ZAYED. Les défis des emplois verts de l'industrie du photovoltaïque au Québec, Rapport R-817, 88 pages. www.irsst.qc.ca/-publication-irsst-defis-emplois-verts-r-817.html.


Cet article a d'abord été publié sur le site de l'IRSST au www.irsst.qc.ca/?utm_source.

 

 

Monde en mouvement

  • Prev
C’est avec reconnaissance et enthousiasme que Nergica reçoit une contribution financière de 3 350 ...
Après avoir enregistré une baisse sans précédent de 21,4 % en avril à cause de la ...
Le Conseil consultatif national (CCN) est un sous-ensemble du conseil d’administration de ...
Avec la crise de la COVID-19 en cours, l’ÉFC travaille assidûment à fournir des nouvelles de la ...
Depuis plus de 10 ans maintenant, Arani fait du bien-être des clients et de leurs besoins une ...
Hydro-Québec livrera de l'énergie renouvelable à prix avantageux directement au Maine et ...
La Section produits de l’ÉFC et le Comité consultatif sur les politiques de l’ÉFC se réinventent, ...
L'ÉFC continue de mettre en place des programmes pour aider l’équipe à attirer, impliquer et former ...
Électro-Fédération Canada (ÉFC) a tenu son assemblée générale annuelle virtuelle la semaine ...
La valeur totale des permis de bâtir délivrés par les municipalités canadiennes s'est redressée ...

Le Gouvernement du Canada soutient Nergica dans sa mission à l’égard des énergies renouvelables

NergicaC’est avec reconnaissance et enthousiasme que Nergica reçoit une contribution financière de 3 350 000 $ octroyée par Développement économique du Canada pour les régions du Québec (DEC). La ministre du Développement économique et des Langues officielles et ministre responsable de DEC, l’honorable Mélanie Joly, en a fait l’annonce aujourd’hui.

Ce soutien couvre les exercices financiers de 2019 à 2022 et permettra à Nergica de poursuivre la structuration, le développement et le maintien des énergies solaire et éolienne et leur intégration aux réseaux électriques. 

Lire Plus...


 

Portrait

  • Prev
Stephanie Medeiros dirige l’équipe Infrastructure de recharge de véhicules électriques d’ABB ...
Nous savons tous que l’industrie 4.0 est à nos portes et que nous sommes devant des changements ...
Située à L'Islet, sur la Rive-Sud à l'Est de Québec, Ouellet Canada conçoit, fabrique et distribue ...
Jacques Fiset est depuis plus de trois ans directeur des ventes commerciales chez Westburne Québec, ...
Ni de la génération des millénaires ni de celle des baby-boomers, Louis Beaulieu embrasse les ...
Il y a trois ans, l’Impact Center a  lancé le projet Narwhal afin de mener des recherches ...
Difficile de faire dévier Éric Deschênes de sa passion : comprendre pour trouver des ...
Jonathan Perlis est né et a grandi à Montréal, au Québec. Après des études à l’Université ...
Née et élevée dans l'ouest de l'Inde, la passion de Rupali pour les mathématiques et la science a ...
Je me souviens encore du 5 août 2014 comme si c'était hier. Cette date marque mon premier jour en ...

Tim KingSouthwire est fière d'annoncer que Tim King a accepté le rôle de président de Southwire Canada. Dans ce rôle, il dirigera la filiale canadienne de l'entreprise, située au siège social de Southwire Canada à Mississauga, en Ontario.

Kelly Hanson, qui occupait précédemment ce poste, déménagera avec sa famille à Atlanta, en Géorgie. « Tim est un penseur stratégique ayant fait ses preuves qui possède l'expérience et les compétences de direction nécessaires pour continuer à faire passer notre entreprise au niveau supérieur et je suis extrêmement enthousiaste à l'idée de travailler avec lui en tant que nouveau président de Southwire Canada...

Lire Plus...


 

Nouveau Produits

  • Prev
Eureka introduit de nouvelles options pour Mika: un format plus petit et une nouvelle option de ...
Le rCMSB est un capteur de plafond sans fil conçu pour simplifier votre projet de rénovation ou de ...
Les gradateurs universels d'Eaton sont conçus de manière ergonomique et offrent une gradation sans ...
Les pilotes blancs réglables permettent aux utilisateurs de changer l'apparence d'un espace en ...
La large gamme de sortie CC série LEM est une famille de drivers d'urgence LED à puissance ...
Pince ampèremétrique Clamp-Pro 600 AAC avec NCV, TRMS: Mesure jusqu'à 600A AC; Indicateur de ...
HELUKABEL a introduit le câble hybride d'alimentation et de données ISOBUS PUR pour une utilisation ...
Le Pack N Roll est un distributeur de câbles portable breveté et robuste conçu pour faciliter la ...
Pour égayer votre journée, découvrez ces rallonges colorées de Southwire. Néon vert! Rose vif! Bleu ...
Prise / prise de courant de 20 A, 125 V, Traversée de 20 A, inviolable, autotest SmartlockPro Slim ...

EUREKAEureka introduit de nouvelles options pour Mika: un format plus petit et une nouvelle option de montage en surface pour plus de possibilités.Un nouveau format de 8 pouces de diamètre a été ajoutée aux diamètres existants de 12 et 16 pouces. Le diffuseur blanc translucide est en MDPE rotomoulé résistant aux chocs. Cette taille plus petite permet une composition multiple de globe, même dans un petit espace. Avec sa lueur douce et lumineuse, le petit Mika suspendu crée une légère sensation de flottement.

 

 

Lire Plus...


 

Terry BeckerTerry Becker, P.Eng,. CESCP


D’après mes constatations, on a remarqué au Canada et aux États-Unis une grande complaisance en matière de sécurité électrique au cours des trois à cinq dernières années.

“Aucun incident électrique ne s’étant produit, nous n’avons donc pas besoin d’en faire plus que nous l’avons fait, comme par exemple une étude d’incident énergétique, la pose d’étiquettes sur les équipements signalant les risques d’arc électrique et de décharge électrique, l’achat d’ÉPI contre les arcs électriques et la formation des électriciens il y a trois à cinq ans. Nous sommes donc en conformité.”

Lire Plus...


 

lme46_ss400.jpg

À mesure que les entreprises augmentent en taille, les salaires augmentent généralement. C’est dans les entreprises de 2 000 à 4 999 employés où les ingénieurs gagnent les salaires médian les plus élevés à 86 181$.

 

Lire Plus...

  

Cuivre prix de la livre en US $

Le monde de l'électricité en ligne

Cette publication hebdomadaire est destinée à tous les acteurs de l'industrie électrique, incluant les professionnels de la construction, de l'entretien électrique ainsi que les ingénieurs électriques à travers le Canada. LME informe et renseigne sur les développements ayant un impact sur le design, la spécification et l'installation des équipements électriques. Proposant des nouvelles de l'industrie et des technologies récentes, LME deviendra votre lecture de référence de l'industrie électrique du Canada. LME est publiée tous les mardis.
Kerrwil Publications Great Place to Work. Certified December 2019 - December 2020

538 Elizabeth Street, Midland,Ontario, Canada L4R2A3 +1 705 527 7666
©2020 All rights reserved

Use of this Site constitutes acceptance of our Privacy Policy (effective 1.1.2016)
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Kerrwil