David Collier sur son expérience aux championnats nationaux IDEAL 2022

2-février-2023

Blake Marchand

Les championnats nationaux IDEAL 2022 se sont déroulés en novembre dernier à Tampa, en Floride. Cet article est une discussion avec David Collier, qui parle de sa première expérience aux IDEAL Nationals en tant qu’apprenti de quatrième année.

David est originaire de la Colombie-Britannique et travaille en Alberta. Au moment de la compétition, David terminait la dernière partie de sa scolarité pour son apprentissage. Il a terminé en décembre et travaille actuellement pour une entreprise appelée Global Tech.

« Ils font un peu de tout », a déclaré David à propos de Global Tech, « alors c’est vraiment bien. La sécurité, l’alarme incendie, l’alimentation principale, beaucoup de cintrage de tuyaux, donc c’est une bonne expérience de travailler pour eux. »

David et son contremaître, Todd Fraser, ont tous deux participé à l’événement pour la première fois. « Je travaille sous ses ordres depuis 3 ou 4 ans, il m’a beaucoup appris. C’est un gars intelligent. »

« Nous nous sommes beaucoup entraînés pendant que nous travaillions, donc je pense que cela nous a aidés », a noté David.

Le voyage jusqu’à Tampa a été un peu compliqué pour eux en raison de la météo. Leur premier vol au départ d’Edmonton a dû faire un atterrissage d’urgence à Winnipeg à cause du brouillard à Toronto.

« Nous avons fini par atterrir en toute sécurité. Ils ont essayé de nous trouver un autre vol pour Toronto cette nuit-là, mais le temps était trop mauvais. »

Ils ont dû passer la nuit à Winnipeg après une attente de 10 heures à l’aéroport. Puis ils ont dû retourner à Calgary et prendre un vol direct de Calgary à Orlando, où ils ont dû louer une voiture pour se rendre à Tampa.

« Donc, c’était deux jours de voyage assez fous, mais ça s’est bien passé ».

Comment s’est déroulée l’expérience générale des rencontres nationales IDEAL 2022 ?

« C’était une expérience absolument incroyable ! J’y ai rencontré beaucoup de gens formidables. C’était très amusant. C’est peut-être un peu cliché, mais cela montre que le travail acharné peut payer. Surtout si vous êtes classé, mais c’était ma première année, alors j’étais très nerveuse. Je vais certainement essayer d’y retourner, car l’expérience a été formidable. »

David a entendu parler de l’événement par son contremaître, Todd, qui s’est également rendu à l’événement.

« Nous travaillions en dehors de la ville, et nous avons en fait construit la planche de qualification, nous avions une maison de ville là-bas et nous nous sommes entraînés et entraînés dans le garage, et c’était un bon moment. »

Quel est votre plus beau souvenir de la compétition nationale IDEAL ?

« Ce que j’ai préféré de l’événement, c’est de découvrir que j’étais qualifié pour le troisième tour. »

Après chaque tour, tous les apprentis qui ont concouru se sont alignés au centre de la scène tandis que Chip Wade, l’hôte des Ideal Nationals, appelait les gagnants qui passeraient à l’étape suivante de la compétition. David a été le dernier nom à être appelé, le suspense était donc bien présent. Il était le premier apprenti canadien à se rendre aussi loin dans l’épreuve.

« Je me souviens que je me tenais là et que Chip a annoncé que j’étais le dernier, alors j’étais un peu sur le qui-vive et il a fait traîner les choses un peu avant d’annoncer mon nom. C’était une sensation incroyable. »

En ce qui concerne la compétition, y a-t-il quelque chose que vous feriez différemment après avoir pu la vivre ?

« Je me suis vraiment donné à fond », a-t-il déclaré à propos de son travail à chaque tour. « Il y a une chose que je ferais probablement en y retournant la prochaine fois, car j’étais très nerveux et je n’ai pas vraiment compris que le temps n’était pas un facteur important, mais qu’il s’agissait simplement de terminer. Donc, j’ai donné tout ce que j’avais et j’ai terminé chaque tour avec beaucoup de temps restant. Si je recommençais, je reviendrais en arrière et je m’assurerais que tout mon travail est parfait. »

La compétition IDEAL Nationals a-t-elle présenté des défis particuliers ?

« Comme je l’ai dit, avec l’entreprise pour laquelle je travaille, nous faisons un peu de tout. Nous ne faisons pas vraiment de résidentiel, mais j’ai commencé dans le résidentiel en Colombie-Britannique. Beaucoup de compétitions n’étaient pas vraiment hors de ma portée, j’avais déjà fait beaucoup de ces choses auparavant. Mais le tournevis dynamométrique, c’était quelque chose de nouveau que j’ai dû apprendre à la volée. »

Un des aspects de la compétition demandait aux apprentis de serrer au couple les disjoncteurs qu’ils installaient dans un panneau résidentiel.

« J’ai quand même réussi à le faire, donc ça a marché. »

« Je me considère chanceux, car j’ai fait un peu de tout ».

Avez-vous changé votre approche après le premier tour ?

« Je n’ai pas vraiment changé mon approche, je me suis contenté de regarder le plan et d’attaquer d’abord les choses qui me paraissaient les plus longues, du moins celles que je pensais être les plus longues. Donc, c’est comme ça que j’ai procédé pour chacune d’entre elles. Et comme je l’ai dit, j’ai eu de la chance d’avoir fait tous les types de travail qui se sont présentés dans la compétition. »

Comment s’est déroulée la compétition de groupe ?

Après les demi-finales, les concurrents qui n’ont pas atteint la finale ont été jumelés, un professionnel pour un apprenti, même si aucun des concurrents n’était au courant de cet aspect de l’événement.

« Travailler avec Oscar, c’était vraiment cool. C’était vraiment un bon gars. Je pense que nous avons bien travaillé ensemble. C’était un peu fou parce que nous travaillons à la volée, nous essayons de faire les choses très vite. Mais nous avons eu une assez bonne communication. Si j’avais une question, je lui demandais et il semblait être un gars assez bien informé, donc c’était très amusant de travailler avec lui. »

« C’était vraiment inattendu », a-t-il déclaré à propos de la compétition de groupe surprise. « Malheureusement, nous n’avons pas réussi, mais je pense que nous nous sommes plutôt bien débrouillés. »

Êtes-vous bien satisfait de la façon dont la compétition s’est déroulée pour vous ?

« Je suis assez satisfait », a-t-il déclaré au sujet de sa performance lors de la compétition. « Comme je l’ai dit, c’était la première année que j’y participais, j’aurais modifié certaines choses. Mais pour ma première année, je suis assez fier d’avoir atteint les demi-finales ».

En pensant à l’argent qui serait distribué, David a déclaré : « Je mettrais certainement un acompte sur une maison, mais j’achèterais aussi une moto de route très rapide ».

Lance Giesbrecht (à gauche) et David Collier (à droite) avant les demi-finales des IDEAL Nationals.

Quelle est, selon vous, la valeur de ce type d’événement pour le secteur, en général ?

« Ça m’a fait ressentir qu’il ne s’agit pas seulement d’un métier. Cela vous donne l’impression que vous pouvez accomplir davantage. C’est une atmosphère formidable, et comme c’était télévisé, c’était absolument fou. Ça m’a rendu fier d’être électricien, c’est sûr. »

« La quantité de caméras présentes, j’étais tellement nerveux la première fois que je suis entré. C’était une expérience incroyable. Le premier tour a été le plus dur, mais après, c’est devenu un peu plus facile. »

Quels sont vos projets une fois votre apprentissage terminé ?

« Si l’occasion se présente — je n’ai pas présentement de petite amie et ma famille ne vit pas en Alberta, alors ce serait bien d’avoir un travail qui comporte de longues journées, beaucoup d’heures supplémentaires, c’est un peu ce que je recherche, alors on verra ce qui se passe. »

Que voulez-vous faire à l’avenir dans votre carrière ?

« J’aime bien plier des tuyaux, j’aimerais en savoir plus sur le côté industriel des choses, parce que je ne l’ai jamais fait. Nous étudions les automates programmables en ce moment à l’école, c’est un sujet assez intéressant. J’aimerais donc avoir un peu d’expérience industrielle, parce que j’ai le résidentiel, j’ai le commercial, donc ce serait bien. »

« J’ai un bon ami qui en est au même point que moi, nous pensons peut-être essayer de lancer quelque chose ensemble. Je sais que c’est difficile de posséder une entreprise, mais je suis prêt à relever le défi. »

Réflexions finales…

« On dit toujours que les Canadiens sont vraiment, vraiment aimables, j’ai trouvé qu’en étant aux États-Unis et en allant à Tampa, on traînait juste au bord de l’eau et il y avait tellement de gens chaleureux qui s’arrêtaient pour nous parler, et nous dire bonjour, on a rencontré tellement de gens sympas en compétition, et c’était juste une atmosphère vraiment sympa. »

Les palmiers et la chaleur ont été une belle échappatoire au mois de novembre en Alberta.

Related Articles


Monde en mouvement


Formation et événements

  • 21-mai-2024 Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) vous invite à un webinaire gratuit le 4 juin de 12 h à 13 h sur Zoom portant sur le plan stratégique technologique lors du transfert d’entreprise. Elle s’adresse aux entrepreneurs qui envisagent acheter ou vendre une entreprise dans un contexte où la technologie revêt une… Read More…

  • 13-mai-2024 L’énergie et l’enthousiasme étaient palpables lors de l’édition 2024 du salon MEET au Colisée de Moncton, les 1er et 2 mai. Le salon biennal de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de la technologie – qui fêtera ses 25 ans en 2024 – a connu un record d’affluence, accueillant 6 626 professionnel·le·s de l’industrie à l’un des… Read More…