Les débuts de la standardisation des produits

EIN-26-Standardization-125.jpg

 

EIN-26-Standardization-400.jpgPar Owen Hurst

27 septembre 2018

La standardisation des produits a longtemps été, et continue d’être, un sujet d’actualité dans l’industrie électrique, en particulier à mesure que des technologies nouvelles et évolutives sont introduites en permanence. Nous pouvons discuter des avantages de la standardisation en termes de commodité, de sécurité ou même de production de masse plus facile, mais nous avons tendance à regarder vers l’avenir à un moment où la standardisation a une meilleure implantation dans l’industrie. C’est certainement un point de vue important et qui aide à mieux définir l’industrie.

Cependant, pour avancer, nous devons parfois prendre du recul et regarder l’ensemble de la réalité. Alors, quand est-ce que l’accent mis sur la standardisation a vraiment fait son chemin dans l’industrie et à quel point cela a-t-il été efficace depuis lors? Ce sont des questions importantes pour ceux qui parlent de la nécessité de normaliser, alors qu’ils ne réalisent pas que la standardisation de l’industrie électrique a réellement eu lieu au cours du siècle dernier.

Tout d’abord, comme cela a été noté, la standardisation a longtemps été prise en compte dans l’industrie électrique. En 1928, C.E. Skinner a publié un article intitulé « The Present Status of Standards in the Electrical Industry » dans The Annals of the American Academy of Political and Social Sciences. Il est vrai que Skinner écrivait d’un point de vue américain et principalement sur la standardisation américaine. Cependant, sa discussion plus large de la standardisation de l’industrie et les premières considérations internationales sur la standardisation des produits électriques offrent un aperçu intéressant des débuts.

Un des premiers points de Skinner, et que nous pouvons parfois négliger, est le fait que la normalisation a toujours eu lieu dans l’industrie de l’éclairage. Dans les premiers jours de l’industrie de l’éclairage à incandescence, il y avait beaucoup de types, de styles et de variétés de lampes, de bases et de douilles. Par exemple, Skinner a indiqué qu’un fabricant de lampes en Europe avait déclaré qu’il était tenu de fabriquer plus de 70 000 tailles, types et variétés de lampes à incandescence afin de desservir l’ensemble du commerce européen général.

L’existence même d’un fragment de ce nombre était sans aucun doute un cauchemar pour quiconque fabriquait, vendait, installait ou remplaçait des lampes existantes. Cela a mené à une standardisation à l’échelle de l’industrie pour concevoir une seule taille pour toutes les ampoules incandescentes standards (sans tenir compte des divers marchés d’éclairage spécialisés tels que l’éclairage public, l’éclairage du secteur automobile, etc.). Aujourd’hui, cette normalisation est encore largement présente, moins l’ampoule à incandescence. Nous avons recommencé à développer une variété de tailles de douilles à des fins particulières, mais même celles-ci ont suivi une tendance générale de normalisation qui permet aux fabricants de produire des lampes qui s’insèrent dans un nombre relativement faible de prises. L’ampoule reste la douille la plus couramment utilisée.

Nous ne soulignerons jamais assez comment cet exemple de standardisation a révolutionné l’industrie électrique. Skinner note que « la standardisation de n’importe quelle série est utile à toutes les parties intéressées, c’est-à-dire aux producteurs des appareils et machines impliqués, aux distributeurs, et particulièrement aux utilisateurs finaux. »

Pour évoquer brièvement la standardisation spécifique des produits, Skinner a soulevé un point intéressant en ce qui concerne la possibilité pour la communauté internationale de comparer et de mesurer leurs taux d’énergie, un élément essentiel pour que les fabricants puissent produire des produits sur plusieurs marchés. Skinner note qu’en 1924, lors de la Conférence mondiale de l’énergie, « la plupart des pays utilisateurs et producteurs d’énergie dans le monde ont estimé leurs ressources énergétiques. Dans de nombreux cas, les ressources en eau n’étaient pas comparables, en raison du fait que l’évaluation des puissances hydrauliques était estimée sur une base différente. » La question a finalement été réglée par des normes parrainées par la Commission électrotechnique internationale, qui a permis une comparaison pays par pays, et qui a créé une normalisation directement identifiable par les fabricants de produits internationaux.

Pour revenir à la fabrication de produits, Skinner a identifié très tôt de nombreux avantages de la standardisation, bien qu’il y ait encore beaucoup de travail à faire. Il a déclaré que « dans le domaine de l’électricité, les fréquences de tension, les types d’appareils, les calibres et les dimensions normalisés permettent aux fabricants de produire en grande quantité à un coût minimum. Des dispositifs d’efficacité et de qualité maximales. Cela permet au service public d’acheter l’appareil nécessaire à la production et à la distribution du courant électrique à un coût minimum et d’un type qui conviendra dans toute situation qui pourrait survenir. »

Skinner était clairement en avance sur son temps en ce qui concerne les avantages à long terme de la standardisation pour plusieurs niveaux de l’industrie électrique. Il a reconnu qu’« il n’y a certainement eu aucun effet préjudiciable sur le développement de l’industrie électrique par cette normalisation et le vaste travail prévu pour l’avenir est une preuve évidente de la valeur que l’industrie dans son ensemble accorde à la normalisation. »

Tel qu’indiqué, il reste encore du travail à faire, mais nous avons la chance de faire partie de cet avenir que Skinner envisageait il y a 90 ans.

Related Articles


Monde en mouvement


Formation et événements

  • 21-mai-2024 Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) vous invite à un webinaire gratuit le 4 juin de 12 h à 13 h sur Zoom portant sur le plan stratégique technologique lors du transfert d’entreprise. Elle s’adresse aux entrepreneurs qui envisagent acheter ou vendre une entreprise dans un contexte où la technologie revêt une… Read More…

  • 13-mai-2024 L’énergie et l’enthousiasme étaient palpables lors de l’édition 2024 du salon MEET au Colisée de Moncton, les 1er et 2 mai. Le salon biennal de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de la technologie – qui fêtera ses 25 ans en 2024 – a connu un record d’affluence, accueillant 6 626 professionnel·le·s de l’industrie à l’un des… Read More…