Imprimer

 

CEW_20-Interview-Electrimat-400.jpegLine Goyette

Électrimat est une entreprise indépendante de propriété québécoise spécialisée depuis 40 ans dans la distribution de produits électriques et d’éclairage. L’entreprise a son siège social à Brossard (Québec) et compte quatre succursales sur la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal et en Montérégie. Elle dessert les secteurs industriels, commerciaux, institutionnels, résidentiels ainsi que les services publics.

L’équipe qui dirige Électrimat depuis 10 ans, c’est Christian Grenier et Mathieu Legris. Deux amis dans la vie et complémentaires au travail dont l’entreprise se retrouve régulièrement dans les sections économiques des quotidiens pour souligner leurs performances exceptionnelles. (Voir les prix les plus récents). [1] Christian est spécialisé en finances et Mathieu dans les ventes. (Voir les notes biographiques des deux auteurs).[2] « Nous avions un rêve. Nous voulions tous les deux avoir une entreprise et nous cherchions une entreprise à acheter. » Les deux entrepreneurs avaient quatre critères pour les guider dans le choix d’une entreprise. Christian les énumère. « Nous voulions une entreprise qui était reconnue pour son service à la clientèle, qui avait une clientèle stable, mais qui pouvait profiter d’une amélioration de son offre, une entreprise qui avait une activité commerciale continue (repeat business) et où les relations avec les clients étaient au cœur des processus d’affaires. On recherchait une entreprise qui n’était pas centrée autour d’une seule personne, mais où le savoir-faire était partagé et finalement une entreprise que nous pourrions financer et qui pouvait à la lumière des critères précédents vivre d’elle-même. » Après avoir étudié plusieurs dossiers et offres, Électrimat s’est imposée à eux.

Christian précise, « nous avons été chanceux d’entrer dans une industrie où nous avons du plaisir à travailler. Dès les débuts, nous avons vraiment aimé l’industrie. Cette industrie est agréable à travailler parce que c’est une industrie basée sur le relationnel. Nous arrivions de l’extérieur de l’industrie et il fallait transformer cette faiblesse en force, en renouveau. » Son partenaire ajoute, « pour transformer en force le fait que nous venions de l’extérieur de l’industrie, nous nous sommes tournés vers notre équipe. Dans l’industrie les gens qui y font carrière connaissent bien les produits. Le service au comptoir avait les outils pour réussir. Nous devions donc trouver une valeur ajoutée à l’entreprise en dehors du comptoir. Nous avons développé le triangle constitué du client, du fournisseur et de notre équipe. Nous avons introduit un certain nombre d’innovations au niveau des relations d’affaires, rien de majeur, mais continu. Nous étions convaincus et le sommes toujours, que les relations entre les gens ne se développement pas derrière une table. Nous avons organisé des événements festifs sans exposition de produits, mais où clients, fournisseurs et employés se rencontraient et discutaient. Le résultat est clair : nos clients et fournisseurs étaient plus heureux, les relations entre les gens étaient meilleures. »

Autre exemple d’innovation d’affaires, les entrepreneurs n’hésitent pas à organiser des rencontres entre un fournisseur et un client pour trouver un terrain d’entente en cas de conflit, logistique ou autre, pour que tout le monde travaille ensemble pour trouver une solution. Ce modèle d’affaires basé sur le triangle client, fournisseur et entreprise semble fonctionner. Depuis 10 ans, le chiffre d’affaires d’Électrimat a quintuplé et l’entreprise reçoit des prix et reconnaissances depuis sa mise en place. Nous poursuivons la rencontre virtuelle avec quelques questions.

Quels sont les principaux défis de faire des affaires en temps de pandémie?

Ça soulève évidemment plusieurs problèmes, mais c’est une conjoncture qui crée également des possibilités immenses. Au début de la pandémie, nous avons réagi très rapidement et cessé les activités. Nous avons été flexibles et vigilants et nous étions prêts pour la reprise. Dans les années à venir, les défis logistiques seront importants : délais de livraison, rupture de stock, le déplacement des produits à travers le monde de plus en plus complexe. Dans ce contexte, notre rôle de gestionnaire entre le fournisseur et le client devient plus important et plus complexe. Nous devons être excellents, rien de moins. Il faut soutenir nos clients, pour eux il est plus important que jamais de choisir le bon distributeur pour les assister dans la relance de l’économie, le suivi des délais de livraison, dans l’ensemble de sa logistique. Nous devons utiliser nos contacts pour minimiser les ruptures de stock, trouver des solutions alternatives pour le client. Nous devons aider le client à naviguer dans cette période particulière.

Comment voyez-vous les 6 prochains mois?

Comment ça va aller, on ne sait pas. L’économie va dépendre des décisions de la santé publique. Nous devons prendre des décisions avec de l’information limitée, nous aurons certainement des problèmes de logistique. Aurons-nous une reprise en V, en U ou en W? Personne ne le sait. Nous avons pris des décisions courageuses, comme réembaucher rapidement toute l’équipe. Nous étions prêts pour aborder la relance dès que le secteur résidentiel a ouvert. Nous avons des projets d’ouvertures de nouvelles succursales et d’acquisitions. Nous verrons!

 

Que diriez-vous à un jeune qui veut joindre l’industrie électrique comme choix de carrière?

C’est une super belle industrie où existent plusieurs possibilités pour développer une belle carrière. Les gens peuvent amorcer leur vie professionnelle dans l’entrepôt, puis aller au comptoir, ensuite se perfectionner dans les ventes, l’administration. Les options sont multiples. Nous sommes au cœur d’une industrie en révolution, des solutions novatrices et écoénergétiques se développent continuellement. Les jeunes qui aiment les technologies innovantes pourront y trouver leur compte. C’est un environnement de travail convivial, où on croise des gens qui ont le goût de gagner.

Sur la question des mentors, ils disent avoir eu la chance d’en avoir tant du côté financier que du côté de l’industrie. Voici en conclusion le témoignage de l’un d’eux qui siège maintenant sur leur conseil d’administration : Patrice Jomphe, vice-président division commerciale chez Thomas & Betts lors de sa rencontre avec les deux jeunes entrepreneurs. « Quand j’ai rencontré Mathieu et Christian pour la première fois, à la suite de leur acquisition d’Électrimat, j’ai aussitôt vu en eux, deux jeunes hommes avec un désir et une envie incroyable d’apprendre tout ce qu’il y avait à savoir sur l’industrie et leur intérêt à vouloir rencontrer tous les intervenants de notre industrie, majeurs ou non. Conscient que notre industrie pour se renouveler a besoin de jeunes enthousiastes et fonceurs, je me suis dit que je pouvais contribuer en appuyant ces deux jeunes entrepreneurs le plus possible dans leurs efforts. Aujourd’hui, avec les résultats plus que probants de leur entreprise, je peux dire que ces deux jeunes hommes et la formidable équipe qu’ils ont mise en place réussissent très bien dans une industrie très compétitive et je crois fermement que le meilleur reste encore à venir pour eux. »

Line Goyette est directrice de la rédaction du Groupe électrique chez Kerrwil Publications

 

[1] 2016 – Prix des Médaillés de la relève Pricewarterhouse Coopers (PwC)

2017 – Prix du membre AD ayant connu la plus forte croissance au Canada
2019 – 386e place au classement de la prestigieuse liste des 500 entreprises ayant la plus forte croissance au Canada
2019 –
Electrimat est nommée finaliste au concours Prix Excellence 2019 de la CCIRS
2019 – Prix du membre AD ayant connu la plus forte croissance au Canada
2020 – Prix « Report on Business - Canada’s Top Growing Companies »
2020 – Prix « Leaders de la croissance 2020 »

[2] Christian Grenier compte plus de 26 ans d’expérience dans le développement d’entreprise. Avant de devenir président d'Électrimat il a été associé directeur et l'un des fondateurs de Gestion Montérégie Capital. Il a été consultant au sein de grandes entreprises et de PME. Il a également occupé des postes de haut niveau pour des entreprises telles que Groupe Cossette Communication, PricewaterhouseCoopers et Deloitte Consulting. M. Grenier a été président du conseil d’administration de la Jeune Chambre de Commerce de Montréal et membre du conseil durant plusieurs années. Il est membre de YPO (Young Presidents' Organization) et siège à son conseil d’administration. Il est titulaire d’un baccalauréat en finance, d’un certificat en comptabilité ainsi que d’une maîtrise en administration de l’Université de Sherbrooke. Il est membre de l’Ordre des Comptables en Management Accrédités du Québec (CMA). 

Mathieu Legris compte plus de 22 ans d’expérience au niveau du développement des affaires. Avant de devenir vice-président chez Électrimat, il a occupé différentes fonctions reliées aux ventes dans différentes industries telles que la gestion de document et le secteur pharmaceutique. Il est avant tout un passionné de l’entrepreneuriat . Il est membre actif de Entrepreneur Organisation, un organisme international visant le développement de l’entrepreneuriat.  Il est également membre du Groupement des chefs d’entreprise, un organisme visant à promouvoir l’entraide entre entrepreneurs québécois. Il est titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires, de l’Université du Québec à Montréal.