Imprimer

MEQ_Logo_tagline_E-BLK_400.gifPlus de deux manufacturiers canadiens sur trois (69%) sont en faveur d'un passeport vaccinal dans leur entreprise, mais moins d'un quart d'entre eux l'exigent actuellement. Ces derniers souhaitent que le gouvernement émette rapidement des directives claires sur l'utilisation du passeport vaccinal dans le secteur, ainsi que sur de possibles assouplissements pour les personnes doublement vaccinées.

C'est ce que révèle entre autres un sondage effectué par Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC) et du Québec (MEQ) auprès de près de 850 entreprises manufacturières à travers le Canada, dont plus de 200 au Québec. Parmi les faits saillants, notons également la principale préoccupation des manufacturiers quant au passeport vaccinal en entreprise : les risques juridiques.

« Il y a un flou actuellement sur l'utilisation du passeport vaccinal en milieu de travail. Les entreprises veulent s'assurer d'avoir les coudées franches pour aller de l'avant. Elles ne veulent pas se retrouver à gérer des contestations et elles craignent de perdre des employés, s'il y n'a pas de directive claire. Elles souhaitent pouvoir gérer adéquatement les risques avec leurs employés, leurs clients et leurs fournisseurs », mentionne Véronique Proulx, présidente-directrice générale de MEQ.

Ainsi, une directive gouvernementale claire sur l'utilisation de ce passeport au sein des entreprises permettra aux employeurs de mieux gérer les risques par rapport aux visiteurs externes : il sera plus facile d'exiger une preuve de vaccination aux clients et fournisseurs, et ainsi, de préserver la santé et la sécurité des travailleurs.