Le monde de l’éctricité en ligne

Oct 5, 2021

Keith SonesKeith Sones

Qui aurait pu croire qu'en l'espace de quelques heures lors de cette journée fatidique survenue il y a plus de 40 ans, un seul événement allait réaliser ce que des décennies d'enseignement supérieur n'avaient pas réussi à faire?

Cet événement a permis de créer une communauté internationale d'experts nucléaires.

Le 28 mars 1979, un problème de refroidissement du réacteur TMI-2 de la centrale nucléaire de Three Mile Island dans l'État de New York a entraîné la fusion de près du tiers du noyau combustible. Une petite quantité de gaz radioactif a été libérée, mais pas suffisamment pour constituer un réel danger sur le plan sanitaire ou environnemental. Il n'y a eu aucune victime et la fusion a été contenue.

Je me souviens bien de cet événement. J'avais 15 ans et je comptais déjà trois ans d'expérience comme livreur de journaux, ce qui me donnait un certain « flair pour les nouvelles ». En dépit du fait que j'étais un adolescent obstiné, souvent obnubilé par mon égocentrisme, cela n'a pas atténué mon enthousiasme à savoir ce qui se passait dans le monde.

Après un rapide coup d'œil aux gros titres, je suis donc devenu moi aussi un expert en fission nucléaire. En quelques minutes, j'avais passé au peigne fin toutes les informations à ma disposition, c'est-à-dire tout ce que le quotidien Vancouver Province avait publié, puis j'ai rapidement déclaré avec assurance que l'énergie nucléaire était un fléau sans pareil qui devait être banni de la surface de la terre.

Des millions d'autres experts autoproclamés sont arrivés à la même conclusion à partir des mêmes informations issues de sources similaires. L'énergie nucléaire avait fusionné, elle aurait pu tous nous tuer. Des images de maisons vertes fluorescentes, de chiots déformés et d'une armée de zombies infectés par une myriade de maladies ont envahi les esprits. Le jury avait tranché. Ces usines devaient disparaître et plus aucune ne devait être construite.

Mon point de vue face à l'industrie nucléaire a été considérablement renforcée en 1986 suite au désastre survenu à la centrale de Tchernobyl qui fut une véritable tragédie. Avec des coûts estimés à 68 milliards de dollars et plus de 10 000 victimes à travers toute l'Europe, le mot « désastre » est certainement le plus approprié. Cet événement est venu confirmer que laquelle l'énergie nucléaire était tout simplement une catastrophe inévitable.

À cette époque de ma vie, j'avais été témoin de deux incidents nucléaires majeurs. En 1980, il y avait 253 centrales nucléaires en activité à travers le monde et à la fin de 1986 (après Tchernobyl), il y en avait au moins 133 autres en construction. En revanche, le nombre total d'installations nucléaires mondiales dont je connaissais l'existence était de...

Deux.

Remontons au début des années 2000. Je travaillais comme chargé de projet pour une compagnie d'électricité en pleine expansion dans le cadre d'un programme d'investissement. Concrètement, cela voulait dire que nous devions remplacer un grand nombre d’équipements vétustes et en installer plusieurs nouveaux comme des lignes de transport, des sous-postes électriques, etc. À titre de responsable de l'installation de certains de ces équipements, j'étais souvent irrité par la lenteur ou le retard avec lesquels les permis, les approbations, les consultations publiques et les autres éléments dont j'avais besoin pour pouvoir construire quelque chose étaient accordés. Après tout, c'était la partie facile. J'ai eu beaucoup de mal à accepter le fait que je devais constamment modifier l’échéancier de mon projet, qui semblait pourtant si bien conçu. Je me plaignais constamment de ce problème auprès de mon supérieur, et un jour, il m'a proposé une solution. C'était l'un de ces moments où il faut faire attention à ce que l'on souhaite et il m'a annoncé que je serais désormais la personne chargée de régler bon nombre de ces problèmes.

Je me disais que ce serait facile. Comment pourrait-il en être autrement? Vous vous asseyez avec des gens, vous leur expliquez les plans de construction de cette ligne ou de ce poste, vous leur serrez la main et vous vous mettez au travail. J'aurais terminé à l'heure du lunch.

Il s'agissait là d'un apprentissage intensif mais enrichissant. Quelques mois plus tard, j'ai appris que certains résidents d'une zone où nous avions prévu construire un nouveau poste électrique étaient inquiets. Le site retenu se trouvait à proximité d'un club de golf huppé, mais il serait construit à plus d'un kilomètre de la plus proche résidence, dans une zone adjacente non aménagée. Je me suis dit : « Parfait. Ce sera facile. Je les rencontrerai, leur expliquerai l'emplacement, leur montrerai à quel point le projet est banal et ils seront d'accord. » J'ai donc organisé le rendez-vous.

Il a fallu attendre quelques semaines avant de pouvoir nous asseoir dans un café local pour discuter du projet. J'étais arrivé armé de croquis artistiques, de cartes et de quelques informations techniques. « En gros », ai-je dit aux quelques représentants de la communauté, « vous ne le verrez pas et ne l'entendrez pas. Ce sera comme s'il n’existait même pas. »
Un homme d'un certain âge m'a lancé un regard glacial sans même jeter un œil aux documents posés sur la table en face de lui et a vertement déclaré : « C'est dangereux. »

Je me suis dit : « Ah, il a peur que ça explose. » J'ai souri discrètement et j'ai passé les quelques minutes suivantes à décrire combien l'équipement répondait à des normes de sécurité extrêmement élevées et était utilisé dans des milliers d'endroits sans le moindre problème. Le porte-parole de la communauté des aînés a écouté sans m'interrompre. J'ai terminé mon discours solennel et il m'a dit, le regard toujours fixe : « Ce sont les ondes qui sont dangereuses, ces ondes magnétiques. Votre entreprise va tous nous exposer à ces ondes qui rendent malade. »

En un instant, j'ai compris que j'avais fait fausse route. Il pensait que le champ magnétique émis par le poste serait nocif. J'ai commencé à lui expliquer qu'il n'avait pas à s'inquiéter, que l'effet diminuait très rapidement et que si les effets sur la santé l'inquiétaient, il devait savoir que le temps qu'une personne atteigne la clôture ceinturant le poste, il n'y aurait littéralement plus aucune trace du champ magnétique.

D'un air de défi, il a déclaré : « Je ne vous crois pas. »

« Je comprends monsieur. Je serais heureux de vous apporter un compteur d'un poste similaire installé en ville et de vous prouver qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. »

« Je ne fais pas confiance à votre compteur », a-t-il rétorqué.

« Très bien », ai-je répondu, sentant que la conversation ne menait nulle part. « Que diriez-vous d’acheter un compteur à nos frais pour prendre des mesures? »

« Je ne saurais pas comment m'en servir. »

Je lui ai fait une dernière offre qu'il ne pouvait pas refuser. « Voici ce que je vous propose. Trouvez un consultant qui effectue ce genre de travail, demandez-lui de venir prendre des mesures et nous le paierons ». Je savais que même si c'était assez coûteux, il était impossible de détecter la moindre trace de champ magnétique à quelques mètres de la clôture. C’était tout simplement contre les lois de la physique.

Compte tenu de cette offre généreuse, je fus étonné qu'il me réponde : « Vous essayez de me faire marcher. Construisez votre poste ailleurs. »

Je suis sorti de la réunion avec un sentiment de défaite. J'avais étayé toutes les preuves à l'appui de mes propos. Mais où donc avais-je fait fausse route?

Au terme de quelques consultations publiques et de nombreux rassemblements communautaires moins formels, le projet a finalement été approuvé et mis en œuvre, mais ce sentiment d’échec m'a suivi. Qu'est-ce que j'aurais pu faire mieux pour que les gens comprennent les faits?

2010. Les Jeux olympiques d'hiver de Vancouver. Ma famille et moi attendions cet événement avec impatience depuis des années, car nous étions impliqués dans le biathlon – une combinaison exténuante de ski de fond et de tir à la cible – en tant qu’entraîneurs et arbitres. Lorsque les Jeux sont enfin arrivés en ville, l'excitation était à son comble.

À proximité des sites où allaient se dérouler certaines épreuves, la ville bourdonnait de nouveaux résidents, d'athlètes, de visiteurs et de bénévoles pour les Jeux. On ne parlait que d’une seule chose : les Jeux olympiques.

À plusieurs reprises, je me suis retrouvé au centre de discussions concernant notre sport de prédilection qui, j'en conviens, est un hybride un peu étrange. La plupart des gens comprenaient la portion ski, donc la plupart des questions tournaient autour du tir à la cible. Comment les athlètes font-ils pour abaisser leur rythme cardiaque après avoir skié si intensément (réponse : ils ne le font pas vraiment)? Comment apprend-on à quelqu'un à tirer (demandez à ma femme, c'est elle l'experte)? Et des tonnes de questions concernant les armes à feu.

À maintes reprises, les gens n'ont pas posé de questions, ils ont simplement émis des commentaires. Le plus courant était « les armes sont dangereuses. »

Puisque j’étais impliqué dans le tir sportif depuis longtemps, je demandais « Pourquoi? Qu'est-ce qui vous fait croire ça? »

« Tout simplement parce que les armes à feu tuent des gens » était la réponse classique. Même mes explications à l’effet qu'il s'agissait seulement d'équipements sportifs très réglementées au Canada, que les athlètes étaient entraînés dans un cadre sécuritaire et que les incidents étaient rares partout à travers le monde n'ont semblé faire aucune différence.

« Ça ne change rien, les armes à feu tuent des gens. »

Quoi que je dise, ils refusaient de l'entendre.

C'est au bout de ces nombreuses discussions que la vérité m'est apparue. Souvent, trop souvent en fait, les gens fondent leurs opinions sur de pures émotions. Les faits n'ont aucune influence sur eux, et bien que j'aie déjà évoqué cette notion dans de précédents articles, il existe un constat dont on ne parle pas assez.

Lorsque nous, et je m'inclus là-dedans, prenons des décisions sous le coup de l'émotion, celles-ci sont généralement mauvaises. Inexactes. Peu éclairées. Voire dangereuses.

Permettez-moi de citer quelques exemples. On compte actuellement près de 450 centrales nucléaires en activité à l'échelle mondiale, qui produisent une énergie propre et fiable 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par année. Sont-elles coûteuses? Oui. Présentent-elles des risques inhérents? Très peu. Évidemment, nous savons qu'elles ne devraient pas être construites directement sur une ligne de faille. Ces centrales vont-elles considérablement contribuer à la réduction des émissions de carbone dans le domaine de l'électricité? Oui, absolument. Alors pourquoi tant de gens s'opposent à ces projets et continuent d’affirmer que nous devons prendre des mesures significatives pour lutter contre le réchauffement climatique?

Le champ magnétique créé par l'équipement d'un sous-poste électrique risque-t-il de vous porter préjudice? Non, pas du tout. Ces informations sont-elles facilement accessibles? Bien sûr qu'elles le sont, et depuis longtemps. Alors pourquoi voudrait-on empêcher la construction d'un poste électrique et rendre ainsi sa propre alimentation en électricité moins fiable?

Les armes à feu tuent-elles des gens? Certains crimes violents sont commis au moyen d'armes à feu, c'est indéniable. Les propriétaires légaux d'armes à feu au Canada tuent-ils des gens? Cela est extrêmement rare. Cependant, quand on met l'accent sur le renforcement de nos lois déjà très strictes qui régissent les armes à feu au détriment de la répression de l'importation d'armes illégales, notamment les armes de poing qui sont la principale cause des homicides par arme à feu, est-ce que des gens meurent? Oui, ils meurent.

Diverses études révèlent que moins de 1 % des femmes qui dénoncent des agressions sexuelles impliquant une autre personne ne sont pas honnêtes. Ce sont les données. Alors pourquoi présumons-nous si souvent qu'elles mentent? Quelles en sont les conséquences?

Ce ne sont là que quelques exemples. Il en existe bien d'autres. Lorsque des décisions qui nous concernent tous sont fondées sur des perceptions erronées, vraisemblablement fausses, on obtient des résultats prévisibles : de mauvais résultats. Je déploie des efforts considérables pour remédier à cette situation dans ma propre vie, mais c'est difficile. Il me faut du temps pour faire mes recherches, pour remettre en question mes valeurs si celles-ci sont en contradiction avec les faits, pour reconnaître que j'ai peut-être eu tort dès le départ. C'est un travail en constante évolution qui, je l'espère, progresse, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

Et vous?

Monde en mouvement

  • Prev
La conférence de l’ÉFC de cette année a accueilli plus de 500 membres de tout le ...
Hilo fait appel à des utilisateurs de bornes de recharge afin de tester et d'évaluer sa nouvelle ...
Le 14 octobre lors de l'événement Symposium Transition Solutions, chercheurs, professeurs et ...
BDA représentera désormais en exclusivité nos produits d'éclairage architectural à haute ...
Deux autres nominations importantes chez le distributeur de matériel électrique. D'abord, M. Gilles ...
Devant le manque inquiétant d'inspections des travaux de nature électrique par la Régie du bâtiment ...
La 3e édition de la Journée de la Technologie Allemande se tiendra le 26 Octobre à Toronto et le 2 ...
De plus en plus, notre planète rapetisse du point de vue politico-économique. Une décision prise ...
Un nouveau rapport mondial d'Accenture a identifié un petit groupe d'entreprises de plusieurs ...
Kruger Énergie S.E.C. a annoncé aujourd'hui qu'elle s'engage sur la voie du transport durable avec ...

Forum sur l’industrie et les innovations en matière de sécurité incendie pour des bâtiments plus intelligents et plus sécuritaires

SiemensCe forum gratuit sur l’industrie et les innovations en matière de sécurité incendie comprend des webémissions en ligne en direct animées par des experts de Siemens couvrant les dernières technologies et caractéristiques de la gamme de produits de protection incendie et de sécurité des personnes.

De plus, écoutez des experts de l’industrie durant de notre table ronde en direct alors qu’ils discutent de leur perspective sur les défis, les occasions, les tendances et la vision de l’avenir, ainsi que de la façon de résoudre des problèmes ayant une incidence sur les ingénieurs, les clients, les installateurs et les fournisseurs de services dans l’industrie de la protection contre les incendies. 

Lire Plus...


 

Nuvation Energy devient revendeur des systèmes de stockage d'énergie d'EVLO  

Nuvation Energy'énergie EVLO, filiale d'Hydro-Québec spécialisée en systèmes de stockage d'énergie, et Nuvation Energy ont conclu une entente pour la revente des systèmes de stockage d'énergie d'EVLO.

Cette dernière se spécialise dans les systèmes de stockage d'énergie de très grande capacité basés sur la chimie de batterie au phosphate de fer lithié (LFP) brevetée par Hydro-Québec, alors que Nuvation Energy offre des régulateurs de batterie et des services d'ingénierie en stockage d'énergie aux fabricants de batteries ainsi qu'aux concepteurs de systèmes de stockage d'énergie.

 

Lire Plus...


 

Portrait

  • Prev
Depuis février 2021, Martin Stephenson est le nouveau président et directeur général de Signify ...
Marcos Simard a récemment été nommé directeur général de WESCO et Anixter EES Montréal ( Electrical ...
Rob Dewar est président d'AD Canada depuis janvier dernier, alors que l’entreprise mère annonçait ...
Il y a six ans, en février 2015, j'ai interviewé David Nathaniel et intitulé le profil que j'avais ...
À la suite de la récente acquisition du fabricant de planchers chauffants Flextherm par le Groupe ...
« N’oublie jamais de garder une vue d’ensemble. » Ces mots sont ceux du père de Jason ...
Électrimat est une entreprise indépendante de propriété québécoise spécialisée depuis 40 ans dans ...
Il y a un peu plus d’un an je rencontrais Louis Beaulieu, directeur général de Ouellet Canada, lors ...
Fondé en 1986 par Warren Osak, Electromate se spécialise dans les solutions robotiques et ...
Nouvelle figure à la tête de l’unité d’affaires électrification et d’ABB Canada, Éric Deschênes ...

Signifypar Line Goyette

Depuis février 2021, Martin Stephenson est le nouveau président et directeur général de Signify Canada. Étant donné qu’il a accédé à ses fonctions près d’un an après le début de la pandémie et de ses restrictions, il est facile de l’imaginer s’appuyant sur l’expérience passée pour diriger la réponse de Signify à ce défi de santé actuel et à ses conséquences pour les Canadiens et les entreprises canadiennes.

J'ai d'abord demandé à Martin: « Comment votre parcours vous a-t-il conduit au poste que vous occupez actuellement? Quels ont été les moments les plus importants? » Si je devais résumer sa réponse en trois mots, je dirais l'automatisation, la connectivité et l'innovation durable.

Lire Plus...


 

Nouveau Produits

  • Prev
Intermatic a lancé son nouveau système de contrôle d'éclairage avancé ARISTA™, une solution ...
Le luminaire à projecteur à DEL IFLD combine une optique à haut rendement, une gestion thermique ...
Alors que de plus en plus de stations de recharge de véhicules électriques sont installées pour ...
Les installations de stockage au lithium-ion contiennent des batteries à haute énergie combinées à ...
Conçu pour des installations multicâbles rapides et faciles : Organise, sécurise et supporte ...
Parfait pour une utilisation sous les meubles, voici une façon simple et économique de cacher les ...
Disponibles dans des calibres allant jusqu'à 600 A, les fusibles de classe R de Littelfuse UL ...
Avec les applications Cerberus Cloud, accéder aux systèmes de protection incendie n’a jamais été ...
Les disjoncteurs de défaut d'arc (AFCI) d'Eaton utilisent une technologie électronique avancée pour ...
EurekaMD a annoncé le lancement de son luminaire architectural Berri. Le design original de Berri ...

les fusibles HP15MxxR HelioProtectionMersen a annoncé le lancement de la Gen2 de sa série HelioProtection de fusibles solaires HP15M. Ces nouveaux fusibles ont été conçus et testés selon des normes plus strictes, mais le facteur de forme, les performances électriques et le prix restent les mêmes.

La série de fusibles photovoltaïques (PV) HP15M Gen2 de Mersen est conçue spécifiquement pour répondre aux cycles de température et de courant sévères d'un système PV. Ces fusibles de 1500 VDC sont conçus pour un faible pouvoir de coupure minimum de 1,35 fois la valeur du courant nominal du fusible, ce qui permet une interruption sûre du circuit dans des conditions typiques de faible courant de défaut. 

Lire Plus...


 

Thermon Haute Tension HTSX™Le calorifuge autorégulant HTSX™ 400 et 480 Vac de Thermon est à la hauteur:

  • Une augmentation de plus de 70 % de la tension nominale, créant de nouvelles applications et de nouveaux cas d'utilisation pour notre technologie autorégulatrice intrinsèquement sûre et fiable.
  • Jusqu'à 110 % d'augmentation de la longueur des circuits de traçage thermique, ce qui simplifie la conception des installations et optimise les coûts totaux d'installation et de maintenance pour nos clients.
  • La technologie unique et éprouvée de coextrusion monolithique (MCE) de Thermon, qui offre une durée de vie et une fiabilité supérieures à celles de la concurrence.

Lire plus...


 

Caseta KitContrôler les lumières, les stores et la température à partir d'un appareil mobile n'a jamais été aussi facile et fiable. Le pont intelligent Lutron permet de configurer, de contrôler et de surveiller les gradateurs sans fil Caseta et les stores télécommandés Serena à partir d'un smartphone, d'une tablette et même de votre montre Apple. Le Lutron smart bridge fonctionne également avec nest, certains thermostats Honeywell, les télécommandes Logitech harmony et l'apple home kit.

Programmez l'ajustement automatique des lumières en fonction de l'heure de la journée, ou créez vos scènes préférées qui ajustent plusieurs lumières et stores en appuyant sur un bouton.

Lire plus...


 

Garantir la protection du circuit électrique sans déclenchements intempestifs

 

Garantir la protection du circuit électrique sans déclenchements intempestifsPar Jack Smith

Enregistrez la qualité d'énergie du réseau triphasé et surveillez les perturbations électriques avec l'enregistreur de qualité d'énergie Fluke 1750 et le logiciel Fluke Power Analyze. Ces instruments enregistrent automatiquement les paramètres de qualité d'énergie et captent le moindre événement, cycle après cycle, sans interruption.

Chaque bâtiment, qu'il soit commercial, institutionnel, administratif ou industriel, connait tôt ou tard une situation de surintensité. 

Lire Plus...


 

 

ABBAlors que la demande pour des moyens de transport écologiques continue de croître, ABB est sur le point de devenir la première entreprise à obtenir les certificats de base de CharIN pour le système de recharge combiné (Combined Charging System ou « CCS »), afin d’améliorer l’interopérabilité et de rehausser considérablement l’expérience des utilisateurs de ses bornes de recharge à courant continu.

Comme les ventes totales de véhicules électriques (VE) devraient passer de 2,5 millions en 2020 à 31,1 millions en 2030 selon les prévisions, les investissements dans l’infrastructure de recharge ainsi que la promotion de normes communes et de l’interopérabilité seront essentiels pour répondre à cette demande croissante.

Lire Plus...


 


 

Les hivers québécois amènent leur lot de maux de tête tels que les accumulations de neige abondantes, les fermetures d’écoles et de routes, les grands froids, etc. Les accumulations de neige peuvent créer des barrières de glace pouvant entraîner des infiltrations d’eau par la toiture, tandis que les grands froids peuvent faire geler les tuyaux d’eau qui peuvent par la suite fissurer ou tout simplement empêcher l’eau de passer.

Les câbles autorégulants sont une solution polyvalente pouvant prévenir ces situations problématiques et éviter des réclamations aux compagnies d’assurance.

Lire Plus


 

lme46_ss400.jpg

À mesure que les entreprises augmentent en taille, les salaires augmentent généralement. C’est dans les entreprises de 2 000 à 4 999 employés où les ingénieurs gagnent les salaires médian les plus élevés à 86 181$.

 

Lire Plus...

  

Cuivre prix de la livre en US $

Le monde de l'électricité en ligne

Cette publication hebdomadaire est destinée à tous les acteurs de l'industrie électrique, incluant les professionnels de la construction, de l'entretien électrique ainsi que les ingénieurs électriques à travers le Canada. LME informe et renseigne sur les développements ayant un impact sur le design, la spécification et l'installation des équipements électriques. Proposant des nouvelles de l'industrie et des technologies récentes, LME deviendra votre lecture de référence de l'industrie électrique du Canada. LME est publiée tous les mardis.
Kerrwil Publications Great Place to Work. Certified December 2019 - December 2020

538 Elizabeth Street, Midland,Ontario, Canada L4R2A3 +1 705 527 7666
©2021 All rights reserved

Use of this Site constitutes acceptance of our Privacy Policy (effective 1.1.2016)
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Kerrwil