Le monde de l’éctricité en ligne

5_EIN-21-Sones-400.jpgJ'étais aux anges et enthousiaste au-delà de toute espérance. Dans mes rêves les plus fous, je n'avais jamais pensé avoir autant de chance. Je regardais le journal devant moi, le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Toutes ces belles formes reliées entre elles, c'était de l'art. Mes yeux parcouraient la page de haut en bas, puis revenaient au haut de la page où ils se reposaient, subjugués par ce qu'ils voyaient. Je me sentais si heureux, si puissant, presque comme un dieu. J'avais hâte d'y aller.

Mais je vais trop vite, comme cela m’arrive parfois. Je m'en excuse. Laissez-moi revenir un peu en arrière pour vous. Cela facilitera la compréhension de l'histoire.

Au début et au milieu des années 1990, j'ai passé une demi-douzaine d'années à apprendre à connaître l'industrie dans laquelle je me trouvais et la profession que j'avais convoitée et obtenue. Être un professionnel de la sécurité et de la santé dans un service public d'électricité était fascinant et il y avait tant à apprendre. De gigantesques barrages hydroélectriques, de longues lignes de transport serpentant à travers le paysage, des lignes de distribution drapées comme des spaghettis à travers chaque ville, des compteurs et des trous d'homme, des pannes de service et des interventions d’urgence lors des tempêtes. Il y avait une tonne de choses à apprendre, alors j'ai fait de mon mieux pour tout apprendre et aussi, en quelque sorte, contribuer à la valeur de l'entreprise.

À l'automne 1996, j'ai reçu un appel d'une petite entreprise de services publics et j'ai fini par être embauché comme gestionnaire de la sécurité, une progression dans l’organisation par rapport à mon dernier emploi et comportant une autre différence très importante : trois employés sous ma responsabilité. J'avais l'impression d'avoir enfin grandi, d'être devenu l'un des membres du cercle restreint. Après un déménagement précipité, je me suis présenté au travail et le premier jour, j'ai dû rencontrer l'employé numéro un (les autres travaillaient dans des bureaux éloignés alors les présentations auraient lieu ultérieurement). En entrant dans le bureau exigu qui allait bientôt devenir le mien, j'ai serré la main de l'homme poli et j'ai essayé de briser la glace en engageant la conversation. Au cours de la discussion, j’ai remarqué l'expression étrange de son visage. Je n'arrivais pas à mettre le doigt sur ce qu'il ressentait, mais je pouvais dire qu'il n'était pas content.

Nous avions beaucoup de choses à discuter et à voir en détails. L'entreprise avait connu deux tragiques incidents mortels en six semaines et quelque chose (ou les choses) devait changer. J'étais à l'écoute, en train d’assimiler, totalement concentré sur l'élaboration d'un plan de match quand, tout à coup, un sourire s'est affiché sur son visage. Confus, je l'ai regardé et bien que je n’aie rien dit, mon visage a apparemment hurlé « Qu’est-ce qu’il y a? ».

Il s'est mis à rire et s'est détendu. « Tu as l'air d'être un gars correct. Désolé, je ne savais pas à quoi m'attendre quand on m'a dit que tu avais accepté le poste ici, on m’a juste dit que tu avais une formation en sécurité. Je ne suis qu'électricien » a-t-il ajouté, en s'excusant presque. Debout, il s’est dirigé derrière moi pour aller fermer la porte. Super, me suis-je dit, le premier jour et je l'ai déjà contrarié. La porte s'est refermée. Il s'est tourné vers moi et m'a dit avec un petit sourire : « Je dois te montrer ça. » Il m'a pointé une photocopie d'une illustration collée à l'arrière de la porte et montrant trois hommes debouts dans un bureau. L'un disait à l'autre : « C'est le nouveau. Apprenez-lui tout ce que vous savez, puis ramassez vos affaires ». Il m'a regardé et a ri, bien que son regard n’exprimât pas la gaieté. Il avait l'air mélancolique. 

« Je voulais ce poste, alors vous comprenez », a-t-il dit. « Mais on m'a dit que je n'étais pas qualifié. » Il a cessé de parler et a affiché un visage sans expression. « De toute façon, tu es là maintenant, alors ça va ». C’est sur ces paroles que la conversation a pris fin et il a quitté le bureau.

Ces premières heures et ces premiers jours m'avaient donné matière à réfléchir. Le nouveau poste de gestion devait me propulser vers de nouveaux sommets et cette force nouvelle me permettrait de partir en croisade pour la cause. En gros, une équipe de sécurité du SWAT. Je m'étais imaginé portant une cape blanche et en train de résoudre de graves problèmes. Pour être honnête, je n'avais pas imaginé les employés comme des personnes avec de réelles aspirations qui pourraient diverger des miennes. Je les avais imaginés comme des robots sans visage, prêts et disposés à faire ce que je leur demandais. Et ce fut la première d’une série de leçons importantes qui ont teinté mon parcours.

Moi compris, les quatre personnes qui formaient notre équipe étaient très différentes par leur expérience, leur formation, leur tempérament et leurs perspectives, mais nous étions tous passionnés par l'idée d'améliorer les choses. Donc, malgré nos différences, nous nous sommes attelés à la tâche et avons travaillé avec le reste de l'équipe de direction pour effectuer les changements qui étaient devenus évidents et nécessaires. La gestion des problèmes techniques a été gratifiante et les défis à surmonter ne manquaient pas. Des litiges à résoudre. Des soumissions réglementaires à produire. Des instructions procédurales à rédiger et beaucoup de formation à dispenser aux employés. Mais nous y sommes arrivés. Ça faisait du bien.

Environ trois ans plus tard, j'étais dans le feu de l'action quand j'ai reçu une demande d'un des directeurs principaux pour discuter. Je ne savais pas à propos de quoi, j'étais donc mitigé. Le petit diable sur mon épaule m'a fait un clin d'œil et m'a dit : « Tu vas te faire virer! » Heureusement, l'alter ego angélique était la voix de la raison et m'a calmement suggéré que puisque j'avais de bonnes relations avec le directeur en question, la rencontre pourrait être une bonne chose. J'ai choisi de suivre ce conseil. 

En fin de compte, il s’agissait d’une offre d'emploi de niveau supérieur avec un impact potentiel plus important que les fonctions que j’occupais à l'époque. Le processus pour arriver à l'étape finale a été assez rapide et sans heurts et je fus enchanté du résultat. J'étais maintenant sur la VÉRITABLE voie du succès. Ils m'ont remis l'organigramme organisationnel avec mon nom en haut, gestionnaire des opérations de transport et de distribution, et maintenant plus d'un quart des effectifs de l'entreprise seraient sous ma responsabilité.

Étape suivante : relisez le premier paragraphe de cette chronique. 

Je vous laisse quelques minutes. Prenez votre temps. Je vais attendre.

D'accord, on continue.

Le nouvel emploi en poche, j'ai téléphoné un ami qui avait exprimé un vif intérêt pour les fonctions que je quittais. C'était aussi un professionnel de la sécurité qui avait fait ses études dans le monde des services publics et je me suis dit qu'il conviendrait bien pour ce poste. Avec une confiance renouvelée, je lui ai fait savoir qu'il me remplacerait. Il était ravi et nous avons parlé des tâches qu’il devrait accomplir comme gestionnaire. J'ai raccroché, heureux qu'il accepte le poste et lui planifiait déjà sa démission de ses fonctions actuelles.

Cependant, ce n'est pas ce qui s'est passé. Sur ma vague d'enthousiasme et croyant que le monde m'appartenait, j'avais fait l'erreur fondamentale de donner quelque chose qui ne m’appartenait pas. Quelques jours plus tard, on a annoncé que quelqu'un d'autre, quelqu'un de l'extérieur, serait le nouveau gestionnaire de la sécurité. Dès que j'ai appris la nouvelle, j'ai repensé à l'appel téléphonique tenu quelques jours auparavant. Comment allais-je annoncer la nouvelle à mon ami? Qu’allais-je lui dire? Comment le prendrait-il?

Après avoir repoussé l'inévitable (et peu enviable) appel téléphonique que j’avais à faire, après avoir regretté de ne pas pouvoir tenir ce qui constituait une promesse, j'ai lentement décroché le téléphone et j’ai composé son numéro.

Cela ne s'est pas bien passé. Pas du tout. Dire qu'il était déçu serait un euphémisme flagrant. Sa confusion s'est vite transformée en colère et ce qu'il a vu comme une occasion manquée, représentait pour moi une amitié perdue et c’était entièrement de ma faute. La honte s'est emparée de moi. J’ai fait de mon mieux pour oublier tout cela, mais ma confiance a été ébranlée. D’accord, erreur de débutant me suis-je dit. Passe à autre chose. J'ai mis mes sentiments de côté, pensant qu'ils allaient disparaître.

Quelques jours après la première semaine du nouveau millénaire, rassuré par le fait que la menace de l'an 2000 était disparue, je me suis retrouvé devant un grand nombre de personnes que j'allais maintenant gérer. Il s'agissait pour la plupart de professionnels, dont certains avaient plus d'années d'expérience que moi. Afin de préparer le terrain, j'ai prononcé quelques mots qui, je l'espérais, allaient nous inspirer face à ce que nous allions réaliser au cours de la prochaine décennie, mais malgré mon désir ardent d'être félicité et applaudi, il ne s’est rien passé. Ils étaient sceptiques quant au fait que je sois le responsable. Je n'étais pas l'un d'eux et cela m'a été rappelé à plusieurs reprises au cours des années qui ont suivi, toujours à mon grand regret.

Cela m’a probablement pris deux ans en poste avant de réaliser ce qu'était vraiment le travail, et comme c'est souvent le cas, la leçon m’a été donnée lors d’une conversation informelle avec un collègue plus âgé qui était beaucoup plus sage que moi. Je me plaignais du fait que je passais le plus clair de mon temps à traiter les problèmes des gens, je me plaignais et je donnais plusieurs exemples. D’un naturel calme, il m'a laissé fulminer, puis, au moment opportun, il est intervenu.

« Keith, combien de poteaux as-tu installés ce mois-ci? » 

« Nous? Je ne sais pas, mais je dirais plusieurs. »

« Non » a-t-il répondu, « je veux dire toi personnellement ».

« Moi? Eh bien... aucun ».

« Combien de kilomètres de câble as-tu suspendus? Combien de compteurs as-tu changés? Combien de phases as-tu équilibrées? »

« Aucun », lui ai-je répondu, en me redressant. « Où veux-tu en venir? »

« Le fait est que ce n'est pas du tout ton travail de faire tout ça. C'est de faire place nette pour que ces gars qui viennent travailler tous les jours puissent faire ce travail. Ton travail consiste à résoudre leurs problèmes pour qu'ils puissent faire leur travail ». Il a fait une pause. « Donc, si tu résous ces problèmes, tu fais ce qu'il faut. Si tu crois que tu as signé autre chose, tu n’as rien compris dès le départ ».

Les leçons de vie les plus difficiles, les meilleures et les plus durables font souvent l’effet d’un coup de poing au ventre. Ce fut pareil. Même si j'ai essayé de le nier, je savais qu'il avait raison. J'ai immédiatement repensé au jour où, dans ma cuisine, j'ai regardé la liste des noms et des titres sous ma responsabilité en pensant que je serais un roi. Je caressais mon ego et je ne voyais pas la réalité en face. Anéanti, j'ai compris à ce moment-là ce qu'était réellement le fait d’avoir des employés sous sa responsabilité et à quel point j'avais échoué.

Cet événement a incontestablement changé ma vie. J'ai enfin écouté ce que le monde me disait. 

Au cours des années suivantes, mon parcours professionnel s’est diversifié. J'ai eu plusieurs fois l'honneur de diriger d'autres équipes; certaines étaient composées de centaines de personnes, d'autres étaient très petites. J'ai embauché des gens, j’en ai congédié d'autres et j’ai passé d'innombrables heures à réfléchir à la façon d’améliorer les choses pour les personnes et les entreprises avec lesquelles j'ai travaillé. Comment je pourrais arriver le mieux possible à « faire place nette » et à éliminer les obstacles pour que d'autres puissent s'épanouir. Certains de mes anciens collègues ne pensent que du bien de moi tandis que d'autres sont... moins charitables. Je reconnais maintenant que la gestion et le leadership sont un privilège, et non un point d'ancrage. Je ne publierai pas d’ouvrages sur la façon d'être un meilleur dirigeant, car des milliers de personnes avant moi ont écrit de nombreux volumes sur le sujet. Je me contenterai de partager quelques réflexions personnelles.

Les dirigeants que j'admire sont ceux qui se soucient des gens et des entreprises pour lesquelles ils travaillent. Ils se soucient sincèrement de ce qu'ils font. J'en ai vu plusieurs au fil des ans qui, comme moi, ont laissé le pouvoir leur monter à la tête. S'ils en tirent rapidement des leçons et s'ils changent, ils connaissent généralement un succès énorme. D'autres laissent leur ego dicter leur comportement, en gérant de manière vindicative et ils ont tendance à tomber rapidement dans l'oubli lorsque leurs collègues voient les dommages qu'ils causent à l'entreprise et aux relations nécessaires pour assurer la prospérité. Il y a quelques années, j'ai rencontré un jeune contremaître qui, lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait pris cette décision stupide selon nous, m’a répondu « parce que je le peux ». Il n'a pas fait long feu. Personne ne veut faire partie d'une équipe perdante et personne n'aime alimenter un égocentrique incompétent.

De nos jours, un excellent leadership est plus que jamais nécessaire. Nous vivons dans l'incertitude et la crainte absolue et les gens veulent savoir qu'il y a une direction, un sens qui découle du chaos. Une orientation bienveillante est nécessaire à tous les niveaux. 

Serez-vous cette personne? Votre titre n'a pas d'importance lorsqu'il s'agit de diriger. Vous pouvez être directeur ou ingénieur, monteur de lignes ou charpentier, administrateur ou comptable, cadre ou chauffeur de camion. Votre sphère d'influence peut être plus ou moins grande par rapport à celle de votre voisin, mais votre capacité à instaurer l’ordre, le calme, l’orientation et le confort viendra de l'intérieur. Aucun titre ne peut vous conférer cette capacité et personne ne peut vous l’enlever. Alors, ne soyez pas comme moi. Débarrassez-vous de votre ego et faites courageusement ce qui est juste.

Monde en mouvement

  • Prev
La famille Power Defense est la première gamme de MCCB d'Eaton à se classer au niveau mondial. Elle ...
Le Conseil canadien des normes (CCN) célèbre aujourd’hui son cinquantenaire. Représentant et ...
L’Association canadienne de l’électricité (ACÉ) est heureuse d’annoncer que la nouvelle présidente ...
Avec des salles d'exposition à New York et à Londres, en Angleterre, GABRIEL SCOTT collabore dans ...
Ouellet Canada a décerné la bourse d’études Électro-Fédération Canada (EFC) en partenariat avec ...
Un monde dépendant des connexions électriques et d’Internet a besoin d’environnements fiables.
InfraCanada / InfraQuebec est une série annuelle de réunions de groupes d'utilisateurs à travers le ...
Le 29 septembre 1970, le premier ministre Robert Bourassa inaugurait l’Institut de recherche ...
Nous sommes très fiers d'annoncer que le siège social de Lumenpulse est maintenant certifié LEED® ...
L’Association canadienne de l’électricité (ACÉ) est heureuse d’annoncer que la nouvelle présidente ...

Le Conseil canadien des normes fête son cinquantenaire

CCNLe Conseil canadien des normes (CCN) célèbre aujourd’hui son cinquantenaire. Représentant et conseiller canadien très écouté de la normalisation et de l’accréditation nationales et internationales, il profite de cette date charnière pour mettre en valeur son parcours avec un programme anniversaire et moderniser son image de marque pour entamer un nouveau demi-siècle.

Aliments, produits, technologies, habitations : les normes touchent tous les aspects de la vie. Depuis l’adoption de la Loi sur le Conseil canadien des normes du 7 octobre 1970...

 

Lire Plus...


 

Ouellet Canada a décerné la bourse d’études Électro-Fédération Canada (EFC) à M. Mathieu Labranche

M. Mathieu LabrancheOuellet Canada a décerné la bourse d’études Électro-Fédération Canada (EFC) en partenariat avec Ouellet Canada à M. Mathieu Labranche, étudiant à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Cette année, étant donné la pandémie, la rencontre s’est déroulée virtuellement. Un chèque au montant de 3500 $ lui a été transmis par M. Louis Beaulieu, directeur général.

Avec cette bourse, Ouellet tient à soutenir une personne dans ses études afin qu’elle puisse atteindre et réaliser ses aspirations professionnelles. 

 

 

Lire Plus...


 

LEED ArgentNous sommes très fiers d'annoncer que le siège social de Lumenpulse est maintenant certifié LEED® Argent par le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa).

Le système d'évaluation LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est un programme de vérification reconnu au niveau international pour les bâtiments durables et la performance énergétique. Développé par le CBDCa, il se concentre sur des domaines clés de la santé humaine et environnementale, notamment l'emplacement et le transport, le développement durable des sites, les économies d'eau, l'efficacité énergétique, le choix des matériaux et la qualité de l'environnement intérieur.

Lire plus...


 

Portrait

  • Prev
Stephanie Medeiros dirige l’équipe Infrastructure de recharge de véhicules électriques d’ABB ...
Nous savons tous que l’industrie 4.0 est à nos portes et que nous sommes devant des changements ...
Située à L'Islet, sur la Rive-Sud à l'Est de Québec, Ouellet Canada conçoit, fabrique et distribue ...
Jacques Fiset est depuis plus de trois ans directeur des ventes commerciales chez Westburne Québec, ...
Ni de la génération des millénaires ni de celle des baby-boomers, Louis Beaulieu embrasse les ...
Il y a trois ans, l’Impact Center a  lancé le projet Narwhal afin de mener des recherches ...
Difficile de faire dévier Éric Deschênes de sa passion : comprendre pour trouver des ...
Jonathan Perlis est né et a grandi à Montréal, au Québec. Après des études à l’Université ...
Née et élevée dans l'ouest de l'Inde, la passion de Rupali pour les mathématiques et la science a ...
Je me souviens encore du 5 août 2014 comme si c'était hier. Cette date marque mon premier jour en ...

Tim KingSouthwire est fière d'annoncer que Tim King a accepté le rôle de président de Southwire Canada. Dans ce rôle, il dirigera la filiale canadienne de l'entreprise, située au siège social de Southwire Canada à Mississauga, en Ontario.

Kelly Hanson, qui occupait précédemment ce poste, déménagera avec sa famille à Atlanta, en Géorgie. « Tim est un penseur stratégique ayant fait ses preuves qui possède l'expérience et les compétences de direction nécessaires pour continuer à faire passer notre entreprise au niveau supérieur et je suis extrêmement enthousiaste à l'idée de travailler avec lui en tant que nouveau président de Southwire Canada...

Lire Plus...


 

Nouveau Produits

  • Prev
Utilisant une combinaison d'isolant diélectrique polyaramide et d'adhésif haute température, les ...
La PDU du commutateur de transfert automatique (ATS) d'Eaton vous permet de surveiller à distance ...
Cyberhawk TX mesure simultanément l'entrée et la (les) sortie (s) du transformateur dans un mètre ...
Le Britech ST - SMART TRACE est un câble chauffant autorégulant pour protéger contre le gel sur les ...
Contacteurs de puissance spécialement conçus pour l'OEM lorsque le contacteur, les performances et ...
Panneau de générateur d'entrée de service: solution évolutive, prête pour le générateur - Installé ...
OPAL ™ - Performances optimisées pour la charge d'application. Les transformateurs de type sec ...
L'onduleur Eaton 5PX permet de connecter jusqu'à quatre modules de batterie étendus pour une ...
La pince multimètre True-rms Fluke 376 FC avec iFlex fait partie de la famille Fluke Connect ...
Fabriqué au Canada; coque extérieure de gros calibre pour des performances diélectriques ...

Onduleur Eaton 5PXL'onduleur Eaton 5PX permet de connecter jusqu'à quatre modules de batterie étendus pour une autonomie maximale et une sauvegarde de qualité supérieure de vos serveurs, stockage et équipement de réseau professionnel et professionnel.

Le 5PX est disponible dans une option de forme convertible pour une utilisation comme onduleur sur une tour ou onduleur monté en rack pour assurer un ajustement parfait pour une variété d'applications. Cet onduleur à autonomie étendue est également disponible en offres groupées pratiques avec une carte réseau et un logiciel de gestion pour une intégration rapide dans votre environnement virtuel ou votre infrastructure hyperconvergée.

Lire Plus...


 

SurgePure Mach 1, 2 et 3Le SurgePure Mach 1 est conçu pour les sous-panneaux en aval et les entrées de service résidentielles. Applications jusqu'à des systèmes de 100 kW pour fournir une protection en couches dans toute une installation.

SurePure Mach 2

• Supprime les surtensions, les pointes et les transitoires de votre système électrique

• Élimine les problèmes d'électronique sensible, ce qui vous donne plus de productivité et des performances globales du système.

 

Lire plus...


 

Évaluation des systèmes d'éclairage CC

DC LightingPar Andrew Harper et Keith Graeber

La majorité des systèmes de distribution électrique des bâtiments utilisent du courant alternatif (CA) provenant d'un réseau électrique. Cela influence considérablement la conception des appareils à courant continu (CC), y compris les sources lumineuses D.E.L. et les commandes numériques.

Avec la prolifération des appareils CC en tant qu’éléments de conception standard dans de nombreuses catégories de technologie du bâtiment, l'intérêt pour les systèmes de distribution d'énergie CC a considérablement augmenté.

Lire Plus... 


 

Gurvinder ChopraGurvinder Chopra

En affaires, le développement de partenariats stratégiques permet non seulement de répondre, mais aussi de dépasser les attentes de nos clients, dans le cas d'Électro-Fédération Canada, nos membres. À mesure que l'industrie électrique évolue, les membres ont besoin d'initiatives de soutien pour que leur organisation reste compétitive.

En tant que vice-président des normes et règlements d’Electro-Fédération Canada, aider nos membres fabricants et distributeurs dans les comités de la section Affaires à collaborer sur des questions d’intérêt commun...

Lire Plus...


 

lme46_ss400.jpg

À mesure que les entreprises augmentent en taille, les salaires augmentent généralement. C’est dans les entreprises de 2 000 à 4 999 employés où les ingénieurs gagnent les salaires médian les plus élevés à 86 181$.

 

Lire Plus...

  

Cuivre prix de la livre en US $

Le monde de l'électricité en ligne

Cette publication hebdomadaire est destinée à tous les acteurs de l'industrie électrique, incluant les professionnels de la construction, de l'entretien électrique ainsi que les ingénieurs électriques à travers le Canada. LME informe et renseigne sur les développements ayant un impact sur le design, la spécification et l'installation des équipements électriques. Proposant des nouvelles de l'industrie et des technologies récentes, LME deviendra votre lecture de référence de l'industrie électrique du Canada. LME est publiée tous les mardis.
Kerrwil Publications Great Place to Work. Certified December 2019 - December 2020

538 Elizabeth Street, Midland,Ontario, Canada L4R2A3 +1 705 527 7666
©2020 All rights reserved

Use of this Site constitutes acceptance of our Privacy Policy (effective 1.1.2016)
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Kerrwil