Imprimer

 

mcglogan_400.gifCarol McGlogan

6 novembre 2019

J'ai récemment assisté à une réunion du réseau des jeunes professionnels (YPN) organisée par l’Électro-Fédération Canada (ÉFC) à Toronto, au cours de laquelle un panel de quatre chefs de file de l'industrie a exposé les enseignements tirés de leur cheminement vers le leadership, tout en partageant leurs idées sur les changements nécessaires pour faire face au marché émergent.

À la fin de la session, le public a posé une question : « Que faudra-t-il faire pour attirer et conserver le talent nécessaire pour faire progresser cette industrie ? »

Les réponses du panel ont souligné la nécessité de renforcer l’impact de notre industrie sur la société. Essentiellement, pour attirer les meilleurs talents, nous devons promouvoir l'attractivité de notre industrie en ce qui concerne les nouvelles technologies, l'efficacité énergétique et la durabilité.

La même question a été posée aux membres du YPN présents dans l'audience - mais les résultats ont été très différents. Les commentaires portaient sur l'inclusion et le développement : « faire partie d'une organisation où l'on peut faire la différence », « faire partie d'une organisation où il existe une opportunité de se développer », « être respecté », « avoir un équilibre travail-vie positif ».

Cet événement YPN a eu lieu peu de temps après que l’ÉFC ait achevé son évaluation Great Place to Work. Il m'est apparu que les principes de l'évaluation sont fortement alignés sur les sentiments partagés par l'auditoire des YPN.

Great Place to Work évalue les réactions des employés sur les cinq piliers suivants : crédibilité, respect, fierté, équité et camaraderie. Nous n'avons pas évalué si nous fournissions des déjeuners gratuits ou des cours de yoga. L'évaluation était basée sur le lien humain et la confiance que les gens ont avec le travail qu'ils effectuent et la société pour laquelle ils travaillent.

En réfléchissant à l’événement YPN, j’ai fini par comprendre que les panélistes et les membres du YPN avaient raison tous les deux ! Il est vrai que notre industrie se trouve dans une « situation idéale » en matière de technologie et de durabilité. Nous actionnons un monde en mutation ! Il est également vrai que nous devons ressentir un lien avec notre travail, être fiers de ce que nous faisons et nous sentir appréciés.

Les deux « vérités » utilisent peu de mots pour les décrire, mais demandent beaucoup de ressources. Les investissements dans la recherche, le développement et les stratégies de commercialisation sont compliqués en cette nouvelle ère de technologies et de canaux émergents. En même temps, les politiques et les processus qui doivent être intégrés dans les organisations pour obtenir les résultats de crédibilité, de respect, de fierté, d’équité et de camaraderie relèvent davantage de la « science et de l’exécution » que de mots pour décrire un portrait idéal. 

L’ÉFC travaille sur une recherche qui porte sur ces facteurs visant à résoudre les problèmes d’employabilité. La recherche permettra également de combler le déficit de talents dans notre secteur et de définir les stratégies que nous devons employer pour constituer la main-d'œuvre de demain. De plus, des ressources telles que le programme Great Place to Work permettent aux entreprises de comprendre leurs forces et leurs faiblesses. Comme pour tout outil, le rapport doit être suivi d'actions concrètes pour déplacer l'aiguille dans des zones critiques afin d'améliorer le lieu de travail et d'accroître la satisfaction des employés. Ce n’est pas sorcier, mais cela exige un travail ardu et soutenu - et cela vaut la peine de faire des efforts pour maintenir la compétitivité de nos entreprises!

They Were Both Right!

By Carol McGlogan, President & CEO, Electro-Federation Canada

I recently attended an EFC Young Professionals Network (YPN) event held in Toronto where a panel of four industry leaders spoke to the group about lessons learned on their path to leadership, while sharing insights on the changes needed to address the emerging marketplace. 

At the end of the session, a question arose from the audience: “What will it take to attract and keep the talent required to move this industry forward?” 

The panel’s responses emphasized the need to reinforce our industry’s impact on society. Essentially, to attract top talent, we need to promote the attractiveness of our industry as it relates to new technologies, energy-efficiency and sustainability.

The same question was posed to YPN members in the audience—but had very different results.  The feedback focused on inclusiveness and development: “to be part of an organization where one can make a difference”, “to be part of an organization where there is an opportunity to grow and develop”, “to be respected”, “to have a positive work/life balance”.

This YPN event came on the heels of EFC completing its ‘Great Place to Work’ assessment.
It occurred to me that the principles of the assessment are strongly aligned with the sentiments shared by the YPN audience. 

‘Great Place to Work’ evaluates feedback from employees on the following five pillars:  Credibility, Respect, Pride, Fairness and Camaraderie. We were not evaluated on whether we provide free lunches or yoga classes. The evaluation was based on the human connection and trust that people have with the work they perform and the company they work for.

As I reflect on the YPN event, I have come to understand that the panelists and YPN members were both right! It’s true that our industry is hitting a ‘sweet spot’ when it comes to technology and sustainability. We do power a changing world! It’s also true that we need to feel a connection to our work, have pride in what we do, and to feel appreciated. 

Both ‘truths’ use few words to describe but take significant resources to achieve. Investments in research, development and go-to-market strategies are complicated in this new era of emerging technologies and channels. At the same time, the policies and processes that need to be embedded in organizations to realize the outcomes of credibility, respect, pride, fairness and camaraderie are more about ‘science and execution’, rather than what the soft words portray. 

EFC’s upcoming research will address these factors to address employability challenges. The research will also address the talent gap in our industry and the required strategies we need to employ to build the workforce of the future. 

As well, resources such as the ‘Great Place to Work’ program, allows companies to understand their strengths and weaknesses. As with any tool, the report needs to be followed up with concrete actions to move the needle in critical areas to improve the workplace and heighten employee satisfaction. It’s not rocket science, but it requires hard, sustained work—and is well worth the effort to keep our companies competitive!