Le monde de l’éctricité en ligne

 

lme4_f_2_sones_400.jpgKeith Sones

23 septembre 2018

Chaque article que j'ai écrit dans cette série est basé sur une tranche de vie qui m'a finalement aidé à mieux comprendre le monde et, je l’espère, à renseigner les personnes qui ont lu l’analyse. Les leçons que j’ai apprises m’ont généralement mené vers une plus grande force émotionnelle et, parfois, vers une plus grande sagesse.

Donc, compte tenu de l'historique de la rubrique, je n'ai pas l’intention de changer le format. Je vais toutefois modifier la chronologie puisque plusieurs des événements marquants ont eu lieu dans mon enfance ou au début de ma carrière. L'expérience derrière cet article est un peu plus contemporaine. En fait, elle est assez récente.

C'est arrivé il y a deux semaines.

Une petite mise en contexte. Mon travail de jour consiste à voir au développement de nouvelles affaires pour le Groupe Valard, une importante firme diversifiée en ingénierie et spécialisée dans les infrastructures à haute tension. Nous construisons les plus vastes lignes de transport sur les terrains canadiens les plus inhospitaliers et nous remplaçons les plus petits poteaux de distribution en Saskatchewan. Nos ingénieurs conçoivent de nouveaux postes au Manitoba tout en réfléchissant à la meilleure façon de créer de nouvelles infrastructures énergétiques à Porto Rico. Les infatigables équipes de distribution rétablissent les réseaux de Toronto puis, en un éclair, se rendent aux Caraïbes lorsqu'un ouragan du nom d’une banlieue fait des ravages au sein d’une population insulaire qui ne le méritait. Cela signifie que je me trouve dans tous ces endroits, et plus encore.

Il y a quelques mois, on m'a demandé si je souhaitais participer à un salon professionnel sur les sables bitumineux à Fort McMurray. Pour être franc, je devais y penser. Ces dernières années, la ville a reçu plus que sa juste part de catastrophes. La baisse drastique du prix du baril de pétrole en a surpris plusieurs il y a quelques années, passant de 130 dollars le baril à 40 dollars. Des milliers de personnes ont perdu leur emploi, leur maison et, dans certains cas, leur mariage. Peu de temps après, en 2016, dame nature a fait un grand détour à la municipalité avec un incendie maintenant connu comme la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire du Canada. Ce n’est pas facile. Comme si cela ne suffisait pas, au début de l’année, ils ont été confrontés à une crue des eaux qui, une fois encore, a mis à rude épreuve le courage des gens de Fort Mac. Je craignais vraiment que si je participais à la conférence, je serais victime d’une invasion de sauterelles ou de l’éruption d’un volcan. On n’est jamais trop prudent.

Cependant, je suis à la fois optimiste (« tu ne me prendras pas vivant, espèce de tremblement de terre, de tsunami ou de crise hypothécaire! ») et également passionné de l’industrie énergétique. Arrivant en plein cœur d’une nuit pluvieuse et maussade à sept degrés, j'étais curieux de voir comment la conférence se déroulerait. Est-ce que je ferais mon entrée dans la salle de conférence où se trouverait seulement trois autres personnes ou serais-je piétiné par des milliers de personnes comme j’avais souvenir il y a quelques années? Thé aqueux ou champagne? Je le découvrirais assez tôt. Donc, avec un café dans une main et de l'espoir dans l'autre, je suis entré au Suncor Leisure Center (d’accord, ça sonnait un peu anticlimatique).

À ma grande surprise, l’événement a été très bien accueilli. Comme pour tous les événements du genre, l'agenda comprenait des présentations techniques éducatives, un grand salon professionnel et une scène principale où les orateurs vantaient les mérites des plus récentes technologies de réduction des émissions et offraient leur pronostic sur le futur à court et à long terme. Les nombreuses discussions au salon ont suscité beaucoup d’optimisme et d’enthousiasme, plus que ce à quoi je m'attendais, compte tenu de la presse négative sur le pétrole et les retards sans fin liés à la construction du pipeline Trans Mountain.

Au milieu de la première journée, et comme on pouvait s’y attendre, la faim est apparue et je me suis alors inscrit à l’événement sur l'heure du lunch mettant en vedette deux éminents chefs des Premières nations comme conférenciers. Le chef Jim Boucher (PN de Fort McKay) et le chef Archie Waquan (PN Crie de Mikisew) ont tous deux parlé avec éloquence et passion de leurs communautés, de leur histoire et des possibilités que leur offre le commerce des sables bitumineux. Avant de m’asseoir pour le repas, je ne savais pas que les entreprises commerciales créées et exploitées par les PN de Fort McKay avaient généré des recettes de 1,7 milliards de dollars au cours des cinq dernières années. Oui, vous avez bien lu. Milliards. Je ne savais pas non plus que leur Nation avait connu une économie et un commerce de trappage prospères pendant des centaines d’années avant d’être détruits d’un simple trait de crayon lorsque l'Europe a interdit la vente de fourrures en 1982. Toute une économie écrasée en un instant. Dire que l’innovation et la volonté de créer leur avenir financier ont été impressionnants est un euphémisme. J'avais appris quelque chose, ce qui faisait une bonne journée.

Le matin du deuxième jour, je suis arrivé tôt et j'ai rencontré un homme d'âge moyen enthousiaste et agitant une petite pancarte. Il m'a demandé si je prévoyais participer au « rassemblement » et sans trop y penser, j'ai répondu que non, j'avais d'autres choses à faire. Je n’étais même pas certain du thème sur lequel portait le rassemblement et je pensais que c’était probablement pour soutenir l’équipe de hockey locale.

En entrant dans le bâtiment, j'ai remarqué un flot continu de personnes marchant dans le corridor, comme le lemming que je peux parfois être (transparence totale : je n'avais pas pris mon premier café Starbucks de la journée alors j’avais encore les yeux collés, même chose pour mon cerveau), j'en ai fait autant et j’ai rejoint la foule.

Il s’est avéré que j’avais trouvé le rassemblement après tout ou, plus exactement, le rassemblement m’a trouvé suite à mon périple avec la foule. La grande salle se remplissait rapidement de monde, avec une grande bannière « Time to Build Trans » (Il est temps de construire la Trans) devant la scène surélevée. Je me suis dit : « Ah ». Un rassemblement en faveur du pipeline. À Fort McMurray, cela ne devrait pas être une surprise compte tenu des avantages qu’elle apporterait à la communauté et à la province en général. J'étais sur le point de savoir si je devais rester, sachant que je pouvais écouter poliment une série de personnes faisant la promotion de quelque chose que je soutenais déjà ou me glisser dans un coin et savourer le café fumant qui serait le salut de ma matinée. Réalisant que je pouvais faire les deux, je me suis assis sur une chaise et j'ai attendu pour écouter ce qui était prévisible.

Ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais.

Parmi les arguments soulevés par les intervenants pour soutenir que « les pipelines sont bons pour les affaires », une série de diapositives du Rockefeller Brothers Fund basée aux États-Unis a été présentée sur grand écran. Elle a mis en lumière la campagne délibérée visant à confiner l’Alberta Oil et veiller à ce que les entreprises canadiennes soient obligées d'accepter un prix inférieur à celui qui pourrait être obtenu sur les marchés internationaux. Le plan de campagne détaillé des activistes ne comportait aucune préoccupation pour les baleines, l’environnement ou les Premières nations. Juste de l'argent.

Maintenant, ce genre d’information est dans l’actualité depuis un certain temps et je ne suis pas assez naïf pour penser que personne ne veut voir le Canada échouer. Pourtant, le voir en direct de la source m’a un peu énervé.

Le rassemblement terminé, les gens discutaient entre eux avant de lentement se disperser. Alors que je déambulais au salon en attendant le début des activités quotidiennes, je me suis mis à discuter nonchalamment avec un jeune homme qui semblait s'intéresser activement au sujet des forces étrangères. « Il y a autre chose que vous devez voir », a-t-il déclaré prudemment. Un téléphone portable est apparu dans sa main avec le site Web de www.corpethics.org déjà chargé. « Lisez-le pour vous-même », a-t-il déclaré. « Cela pourrait vous ouvrir les yeux ».

J'ai rapidement scanné la page électronique lorsque j'ai lu une déclaration à couper le souffle. Elle disait simplement que « La campagne des sables bitumineux… a joué un rôle qui a permis de destituer le Parti conservateur en Alberta et à l'échelle nationale. ».

Une organisation financée par des capitaux étrangers se vantant ouvertement d’interférer avec les élections canadiennes. L’américain Robert Mueller a passé des mois et des millions à chercher des informations concernant des sources russes influençant les élections américaines et sous mes yeux, un groupe prenait le crédit d’instaurer au Canada des gouvernements qui sont favorables à leur cause. Encore une fois, voir quelque chose sur papier est bien différent que d'entendre des spéculations sur les théories du complot.

Je suis peut-être la dernière personne qui découvre ce problème et peut-être que tous les autres savent très bien que les non canadiens paient intentionnellement pour influencer les résultats de nos élections afin de tuer notre économie. Mais si c’est le cas, où sont les millions de citoyens qui crient au sommet des montagnes? Où se cache l'indignation des médias? Ces organisations (qui s’associent également avec le Sierra Club, Stand, 350.org et les autres) enlèvent volontairement et malicieusement le pain et le beurre des tables canadiennes laissant le soin aux parents de dire à leurs enfants qu’ils ne peuvent plus faire partie de l'équipe de hockey, et de remplacer l'espoir par le désespoir. Et de ne pas protéger l'environnement ni de rendre l’air plus propre. Leur seule motivation, telle qu’ouvertement déclarée, c’est l'argent.

Normalement, je conclus l'article avec une leçon morale que j'ai apprise ou un peu d'inspiration pour le lecteur avec l'espoir de pouvoir éduquer et aider quelqu'un modestement. Je n'ai pas ces mots pour vous aujourd'hui. Je suis en colère. Nous nous battons non seulement pour le prix du pétrole et la capacité de créer de bons emplois pour cette génération et les suivantes, mais pour notre mode de vie. Je me suis finalement réveillé. J'espère que vous aussi.

Forum électrique présenté par Schneider Electric

Consommation d'énergie domestique: éducation et surveillance

Schneider Electric

Commandité par Schneider Electric

Aujourd'hui, nous sommes tous concernés par l'énergie que nous consommons dans nos maisons. Mais combien comprennent vraiment les tenants et aboutissants de la consommation d'énergie domestique, et où exactement l'électricien et le développement de systèmes de gestion de l'énergie entrent en jeu. Il y a beaucoup à considérer lors de la discussion sur l'utilisation de l'énergie domestique. Le consommateur doit tout d'abord être informé de la consommation d'énergie, de la manière dont il est calculé et finalement facturé pour pouvoir modifier ses taux de consommation d'énergie. Mais en termes d'éducation des consommateurs, l'électricien résidentiel a-t-il un rôle à jouer? Et au-delà, les fabricants développent-ils des produits conçus pour aider les électriciens et les consommateurs à mieux comprendre la consommation d'énergie résidentielle? Tout au long de cet article, nous aborderons chacune de ces questions importantes.

Lire plus...

 

Monde en mouvement

  • Prev
L’ÉFC est heureuse de souhaiter la bienvenue à Daniela De Marco au sein de son équipe à titre de ...
Catherine offre un large éventail de connaissances en éclairage et design avec plus de 12 ans ...
Hydro-Québec annonce un bénéfice net de 1 774 M$ au premier trimestre de 2019, soit ...
En inaugurant aujourd'hui le plus grand parc solaire dédié à la recherche appliquée ...
Britech Corp a signé un accord formel avec Heat trace Limited, de Cheshire, en Angleterre. Heat ...
La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a ...
La plupart des propriétaires de véhicules rechargeables font le plein d'énergie électrique dès ...
La transition vers la croissance propre est l’une des plus belles occasions à la portée du Canada ...
Un rapport de recherche sur le «marché de stockage d’énergie de réseau», rédigé par QYMarketStudy, ...

Infrastructure de recherche unique au Canada - L'Université de Sherbrooke inaugure son parc solaire

SherbrookeEn inaugurant aujourd'hui le plus grand parc solaire dédié à la recherche appliquée au Canada, l'Université de Sherbrooke lance des collaborations étroites avec des industriels de pointe et des réseaux de distribution électriques qui permettront la création de technologies et d'expertises exportables partout dans le monde. Les panneaux solaires instrumentés généreront une foule de données concernant la température, le courant et la tension électrique ainsi que leur rendement énergétique.





Lire Plus...

 

 

 

Le bénéfice net d'Hydro-Québec augmente de 130 M$ au premier trimestre, en hausse de 8 %

HQ CouleurHydro-Québec annonce un bénéfice net de 1 774 M$ au premier trimestre de 2019, soit 130 M$ de plus que les 1 644 M$ enregistrés à la même période en 2018. Il s'agit de l'une des meilleures performances de l'histoire de l'entreprise pour un premier trimestre.

« Sur l'ensemble de nos marchés, le volume des ventes nettes a totalisé 65,4 TWh, frôlant le record de 65,7 TWh établi au cours des trois premiers mois de 2015 », explique Jean-Hugues Lafleur, vice-président exécutif et chef de la direction financière et du risque d'Hydro-Québec.



Lire Plus...

Portrait

  • Prev
Esthétisme, design, flair, ancré dans son milieu sont des mots que l’on peut aisément associer à ...
La sécurité n’est pas une blague, mais les excuses en matière de ...
Les réchauffeurs à circulation (aussi appelés réchauffeurs en ligne) ...
Tout entrepreneur ayant été en affaires assez longtemps a déjà dû ...
Avec l’augmentation des coûts d’énergie et une plus grande ...
Comme vous le savez peut-être déjà, le gouvernement fédéral ...
Électrika a été fondée en 2004 par John McElligott, maître ...
MBI Systèmes est une entreprise offrant des systèmes de contrôle, notamment en ...
Fondée en 1982, la compagnie Les entreprises d'électricité Gaétan ...
Fondée en 1978, Valard Construction conçoit, construit, et assure les ...

Wind EnergyL’industrie éolienne du Canada a encore augmenté sa puissance installée en 2018, tout en maintenant sa position de filière de production d’électricité mise en service la plus abordable. Grâce aux plus récents projets, près de 13 000 mégawatts (MW) de puissance éolienne ont été générés à l’échelle du pays. Entretemps, les résultats des appels d’offres en Saskatchewan et en Alberta ont confirmé la capacité de l’industrie éolienne à continuer d’offrir des prix historiquement bas.

Les six nouveaux projets d’énergie éolienne mis en service en 2018 ont ajouté 566 MW de puissance installée, un essor continu qui a maintenu la tendance des 20 % de croissance annuelle moyenne depuis 2008.

Lire Plus...

 

 

 

 

Nouveau Produits

  • Prev
First Light Technologies a lancé une version considérablement améliorée de son éclairage commercial ...
WAGO a amélioré son module multimaître DALI pour répondre aux exigences des systèmes d'éclairage ...
Le BoxLED est disponible en projecteur ou encore en luminaire pour les hauts plafonds. Le BoxLED a ...
Ce projecteur à DEL étanche à haute luminosité IP65 s'étend de 50W à 400W. L’appareil est fabriqué ...
Créé en repoussant les limites actuelles des produits encastrés, le VORA 50L est doté de la ...
Faites connaissance avec Soraa HEALTHY, la première et unique lampe à DEL au monde sans lumière ...
Les luminaires antidéflagrants et pour environnements dangereux sont utilisés dans des milieux ...
Ces luminaires peuvent être utilisés comme lampes de conversion pour les HID/HPS de 100W-400W. AIS ...
GE présente des ampoules de style vintage, inspirées de l’ère Edison avec des filaments apparents ...
Les projecteurs Vista et Vista PLUS sont répertoriés par le DLC et sont conçus comme des ...

Wago ModuleWAGO a amélioré son module multimaître DALI pour répondre aux exigences des systèmes d'éclairage contrôlables utilisés dans les systèmes de bâtiments intelligents. Le protocole d'interface DALI mis à jour améliore considérablement l'interopérabilité et l'interchangeabilité des dispositifs de commande de différents fabricants.

Il prend en charge les fonctionnalités étendues des dispositifs et appareils de contrôle DALI-2. Cela permet de répondre à toutes les exigences des systèmes d'éclairage modernes dans lesquels la qualité de la lumière et l'efficacité énergétique jouent un rôle clé.

Lire plus...

 

 

SCL FirstlightFirst Light Technologies a lancé une version considérablement améliorée de son éclairage commercial SCL. Initialement lancée en 2013, la série mise à jour s'appuie sur les antécédents éprouvés de First Light et intègre un certain nombre de fonctionnalités destinées à améliorer la fiabilité et les performances.

Le SCL a été repensé, en utilisant le style de la série IPL, dans une forme plus esthétique, avec plus d'options et plus de lumière. Le nouveau boîtier en aluminium moulé, plus robuste, offre une résistance améliorée à l'environnement et aux vandales. 

Lire plus...

Quel est le bon point de consigne de température pour mon boîtier électrique?

PfannenbergLes unités de refroidissement sont nécessaires pour les boîtiers chauds, mais la sélection du point de consigne de température approprié pour le vôtre peut signifier la différence entre l’échec et des performances améliorées.

Les boîtiers électriques servent à protéger les appareils électriques contre les influences environnementales défavorables, telles que la saleté, autres particules, l’humidité ou des produits chimiques qui pourraient endommager les composants.




Lire Plus...  

 

 

lme46_ss400.jpg

À mesure que les entreprises augmentent en taille, les salaires augmentent généralement. C’est dans les entreprises de 2 000 à 4 999 employés où les ingénieurs gagnent les salaires médian les plus élevés à 86 181$.

 

Lire Plus...

  

Cuivre prix de la livre en US $

Le monde de l'électricité en ligne

Cette publication hebdomadaire est destinée à tous les acteurs de l'industrie électrique, incluant les professionnels de la construction, de l'entretien électrique ainsi que les ingénieurs électriques à travers le Canada. LME informe et renseigne sur les développements ayant un impact sur le design, la spécification et l'installation des équipements électriques. Proposant des nouvelles de l'industrie et des technologies récentes, LME deviendra votre lecture de référence de l'industrie électrique du Canada. LME est publiée tous les mardis.
Kerrwil Publications

538 Elizabeth Street, Midland,Ontario, Canada L4R2A3 +1 705 527 7666
©2019 All rights reserved

Use of this Site constitutes acceptance of our Privacy Policy (effective 1.1.2016)
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Kerrwil