Le monde de l’éctricité en ligne

 

morx_400.jpgAlfred Mörx

16 juillet 2018

En tant que concept de base indispensable pour toutes les réflexions sur la technologie de protection dans les installations à basse tension, le concept de sécurité est largement reconnu aujourd'hui comme «une absence de risques de dommages inacceptables».

Il permet de classer les situations comme «sûres» ou «dangereuses». Les buts de la planification et de la mise en œuvre d'installations à basse tension visent donc à assurer la sécurité tout en excluant les risques.

Étant donné que de nombreuses discussions ont eu lieu sur le thème de la délimitation claire de la sécurité, et que les risques sont connus depuis des années dans les cercles professionnels, seuls quelques énoncés de base seront élaborés ici.

La relation entre le risque et la sécurité est représentée dans la figure ci-dessous.

lme_f_mid_400.jpg

Principes de la philosophie de sécurité pour les équipements et installations à basse tension du point de vue du risque technique. Réduction du risque résiduel en faveur d'une sécurité accrue par des mesures supplémentaires permettant clairement d’abaisser le niveau de risque en dessous du risque maximal acceptable («limitation du risque»).

En pratique, prendre des mesures adéquates lors de la planification et de la fabrication d'équipements (par exemple, des appareillages de commutation à basse tension) garantit que tout risque subsistant après l'application de mesures de protection est aussi faible que possible et, en aucun cas, ne peut excéder le risque maximal acceptable.

On doit atteindre ce risque maximal acceptable, aussi appelé «risque limitatif», pour chaque ensemble d'appareillage de commutation; à cet égard, toutes les mesures qui contribuent à la réalisation de ce risque limitatif constituent des mesures minimales de réduction des risques. Les exigences énoncées dans les normes techniques généralement reconnues définissent ces exigences minimales de protection.

Ce risque maximal acceptable ne doit en aucun cas être confondu avec la notion de risque résiduel, car tout technicien chargé de travaux liés à la sécurité doit s'efforcer de conserver le risque résiduel ( qui ne peut jamais être totalement exclu même en appliquant des mesures techniques ) bien en dessous de la limite du risque maximal acceptable. C'est-à-dire, dans la mesure du possible, aller dans le sens de la sécurité.

7 raisons de mettre en place des mesures de sécurité

Il existe de nombreuses raisons de mettre en œuvre des précautions dans l’installation d'appareillages de commutation à basse tension qui vont au-delà du seul risque maximal acceptable. En voici sept basées sur l'expérience pratique :

●      des matériaux conducteurs ou des assemblages peuvent être laissés derrière par erreur ("oubliés") lors de la production, de l'installation ou de l’entretien d’appareillage de commutation,

●      des défauts de matériau non détectés peuvent exister ou ont été causés lors de l’assemblage de l'appareillage.

●      de petits animaux tels que souris ou serpents peuvent pénétrer dans l'appareillage de commutation

●      l’usage d'un appareillage de commutation inapproprié à l'application, pouvant entraîner une surchauffe et, par la suite, un arc interne

●      de mauvaises conditions de fonctionnement (par exemple température ambiante, humidité)

●      une utilisation inappropriée ou une mauvaise manipulation

●      un entretien inadéquat et/ou des dépassements de délai lors de l’entretien préventif

Les assemblages d’appareillages de commutation qui ne respectent que les exigences minimales sont très susceptibles de dépasser le risque maximal acceptable lorsque l'un des événements ci-dessus se produit. Une action supplémentaire peut réduire l'étendue des dommages dans les installations et/ou les interruptions d'activité. Cela s'applique également aux blessures qui peuvent être subies par les employés qui travaillent dans l’entreprise ou à proximité. Pour ainsi dire, les assemblages d'appareillages de commutation à basse tension équipés de mesures supplémentaires ont une sorte de «réserve de sécurité».

Risque et dommages consécutifs

Les réflexions sur le risque résiduel minimal pouvant être obtenu par des mesures techniques, en particulier dans les installations industrielles et commerciales, doivent tenir compte du contexte des dommages consécutifs possibles.

Les dommages consécutifs, ou dommages indirects, comprennent les coûts survenant lors des interruptions d'activité. Les interruptions d'activité dans les entreprises manufacturières peuvent provenir de plusieurs causes (par exemple, pénurie de matières premières, temps d'arrêt imprévus résultant de problèmes mécaniques, électriques ou de contrôle).

Cependant, les dommages consécutifs comprennent aussi les coûts qui résultent entre autres d'une alimentation électrique insuffisamment fiable (par exemple, par le déclenchement intempestif d'équipement de protection pendant les orages)

morx_graph_c_400.jpg

Dommages indirects (par types de coûts) en cas d'interruption de l’alimentation électrique d'installations de production ou de transformation

Sans prétendre être exhaustif, les principaux éléments des dommages indirects possibles sont résumés dans le tableau ci-dessus.

Les interruptions d'activité qui surviennent en raison d'une panne d'alimentation suite à des dommages ou à la destruction partielle ou totale du système de distribution électrique (sous-station, tableaux de répartition principaux et sous-répartiteurs, câbles et systèmes de câblage) revêtent une importance particulière, car les coûts liés aux temps d'arrêt et les coûts supplémentaires augmentent fortement avec la durée de l'interruption. Dans de nombreux cas, la réfection à court terme de l'installation et le remplacement de l'équipement d'exploitation nécessaire (par exemple, les disjoncteurs, les systèmes de bus) ne sont pas possibles.


Dans la Partie 2 de cet article: le dommage consécutif et ses coûts

Alfred Mörx a fondé en 2001 diam-consult, un bureau d'ingénieurs-conseils en physique spécialisé dans l'analyse des risques et les technologies de protection dans les systèmes techniques complexes. Il a étudié la physique technique à l'Université de Technologie de Vienne. En tant qu'expert pour les questions de sécurité électrotechnique, il travaille depuis plus de 25 ans au sein d'équipes nationales, européennes et internationales dans le domaine de la sécurité en électricité. www.diamcons.com; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Cet article a déjà été publié sous forme de livre blanc Eaton: www.eaton.eu/ecm/groups/public/@pub/@europe/@electrical/documents/content/pct_1595882.pdf

Forum électrique présenté par Schneider Electric

Consommation d'énergie domestique: éducation et surveillance

Schneider Electric

Commandité par Schneider Electric

Aujourd'hui, nous sommes tous concernés par l'énergie que nous consommons dans nos maisons. Mais combien comprennent vraiment les tenants et aboutissants de la consommation d'énergie domestique, et où exactement l'électricien et le développement de systèmes de gestion de l'énergie entrent en jeu. Il y a beaucoup à considérer lors de la discussion sur l'utilisation de l'énergie domestique. Le consommateur doit tout d'abord être informé de la consommation d'énergie, de la manière dont il est calculé et finalement facturé pour pouvoir modifier ses taux de consommation d'énergie. Mais en termes d'éducation des consommateurs, l'électricien résidentiel a-t-il un rôle à jouer? Et au-delà, les fabricants développent-ils des produits conçus pour aider les électriciens et les consommateurs à mieux comprendre la consommation d'énergie résidentielle? Tout au long de cet article, nous aborderons chacune de ces questions importantes.

Lire plus...

 

Monde en mouvement

  • Prev
En 2018, l’organisme d’évaluation EcoVadis a décerné une médaille d’argent à STANDARD ...
Convectair a annoncé que Charles Sirois, étudiant en deuxième année au baccalauréat en Ingénierie ...
Roxanne cumule plus de 20 ans d’expérience à titre de représentante aux ventes, dont plus de 10 ans ...
L’Électro-Fédération Canada (EFC) est devenu membre de l’association du Building Energy ...
L’Association de l’industrie électrique du Québec (AIEQ) décernera son Prix Jean-Jacques ...
Le 1er octobre a été annoncé l’intégration officielle de la marque Thomas & Betts au sein de la ...
Skills/Compétences Canada (SCC) se prépare en vue d'un automne bien rempli. En septembre, les ...
L’entreprise a commencé à opérer à partir d’électricité renouvelable à 100 % aux États-Unis et au ...
Mobilité électrique Canada vous invite à soumettre une communication à l'occasion de sa ...

Portrait

  • Prev
Esthétisme, design, flair, ancré dans son milieu sont des mots que l’on peut aisément associer à ...
La sécurité n’est pas une blague, mais les excuses en matière de ...
Les réchauffeurs à circulation (aussi appelés réchauffeurs en ligne) ...
Tout entrepreneur ayant été en affaires assez longtemps a déjà dû ...
Avec l’augmentation des coûts d’énergie et une plus grande ...
Comme vous le savez peut-être déjà, le gouvernement fédéral ...
Électrika a été fondée en 2004 par John McElligott, maître ...
MBI Systèmes est une entreprise offrant des systèmes de contrôle, notamment en ...
Fondée en 1982, la compagnie Les entreprises d'électricité Gaétan ...
Fondée en 1978, Valard Construction conçoit, construit, et assure les ...

Jean-Claude Calabro

Esthétisme, design, flair, ancré dans son milieu sont des mots que l’on peut aisément associer à Jean-Claude Calabro, président de LumiGroup, un agent manufacturier de produits d’éclairage et de contrôle.

Son modèle d’affaires est celui d’un entrepreneur et il semble avoir plutôt bien réussi puisqu’il se retrouve au palmarès des entreprises canadiennes ayant connu la plus forte croissance au cours des cinq dernières années. Installé au cœur du Mile-End montréalais, il dispose d’une salle de montre de plus de 10 000 pi ca sur 2 étages. 

 Lire Plus...

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau Produits

  • Prev
La plus récente version du logiciel de création d'étiquettes, le poste de travail Brady a ...
  Dénudez, coupez, tordez, cisaillez et sertissez avec un seul outil. Comprend quatre ...
  Le plus ultra des connecteurs pour enfouissement direct homologués UL et certifiés ...
  Les raccords de câbles en zinc MC MC d’Arlington, destinés aux endroits secs, sont ...
  La pince à dénuder IDEAL Stripmaster® modèle 950 ™ est un outil de production pneumatique ...
  Convient pour l'installation dans des chemins de câbles dans des endroits secs, humides ...
  IDEAL Networks a ajouté des écrans tactiles à plusieurs de ses testeurs de câbles de ...
  Le kit de test de fibre optique IDEAL FiberMASTER permet à l’utilisateur de mesurer la ...
  La construction à trois conducteurs élimine pratiquement les champs magnétiques à ...
  Le système BRITECH PT - POWER TRACE est idéal pour la protection contre le gel, le ...

LME_P_Rittal-En-400.jpg

 Les armoires de réseau/serveur TS IT de Rittal sont préconfigurées avec des accessoires standards. Les armoires sont dotées de rails profilés, de roulettes, d'un système de gestion de câbles, de supports PDU et de portes verrouillables à l'avant et à l'arrière. Elles sont disponibles dans une gamme variée de tailles avec des parois latérales facultatives et des jeux d’assemblage.

Lire plus

 

 

 

 

 

 

Mesure-t-on la lumière

Comment déterminer l’intensité d’éclairage qu’il faut pour votre application en vue d’obtenir un niveau optimum de visibilité, de sécurité et de confort visuel? Souvent, nous achetons nos lampes en fonction du nombre de watts qu’elles consomment, sans pour autant connaître la quantité de lumière qu’elle peut fournir. Comment mesure-t-on la lumière? Dans l’industrie, on parle souvent de pied-bougie, de lumen et de lux… Voici un petit guide pour comprendre comment mesurer la lumière.

Voici une autre illustration simple pour comprendre la mesure du pied-bougie. Imaginez une bougie déposée à une distance de 0,30 mètre (1 pied) d’un mur plat sur lequel on a tracé une forme de 0,09 mètres2 (1 pi2). Cette surface sera illuminée par un lumen au pied carré.

Lire plus...Mesure-t-on la lumière

 

 

 

 

 

Conseils pour remodeler Shawn McCadden

Lors du congrès de l’ÉFC à Halifax, l'Électro-Fédération Canada a publié son dernier rapport de recherche, Vision 20/20 : Perspectives d’avenir pour les entrepreneurs en électricité du Canada ; rapport publié en collaboration avec l’ACEE et les Publications Kerrwil. Cette étude analyse les grands défis que vivent nos entrepreneurs en électricité en raison des nouvelles tendances. Voici en bref ce qui se dégage de cette étude.

Lire plus..Conseils pour remodeler

 

 

Cuivre prix de la livre en US $

CCPB_Council-Chair-K-Milsom_400.jpg

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable du Conseil canadien des normes (CCN), l’honorable Navdeep Bains, a annoncé que Kathy Milsom avait obtenu un nouveau mandat en tant que membre et présidente du conseil d’administration du CCN.

Mme Milsom dirigera le conseil d’administration de 13 membres qui encadre le CCN. Elle travaillera en étroite collaboration avec le conseil et le directeur général pour définir l’orientation stratégique et remplir le mandat de l’organisme.

Lire Plus

 

 

Le monde de l'électricité en ligne

Cette publication hebdomadaire est destinée à tous les acteurs de l'industrie électrique, incluant les professionnels de la construction, de l'entretien électrique ainsi que les ingénieurs électriques à travers le Canada. LME informe et renseigne sur les développements ayant un impact sur le design, la spécification et l'installation des équipements électriques. Proposant des nouvelles de l'industrie et des technologies récentes, LME deviendra votre lecture de référence de l'industrie électrique du Canada. LME est publiée tous les mardis.
Kerrwil Publications

538 Elizabeth Street, Midland,Ontario, Canada L4R2A3 +1 705 527 7666
©2018 All rights reserved

Use of this Site constitutes acceptance of our Privacy Policy (effective 1.1.2016)
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Kerrwil